dimanche , 16 juin 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Cancer du sein et DDT : le risque dépendrait de la période d’exposition

Cancer du sein et DDT : le risque dépendrait de la période d’exposition

Associé à un sur-risque de cancer du sein, le DDT, un pesticide aujourd’hui interdit, agirait différemment sur ce risque selon le moment d’exposition. C’est ce que révèle une étude scientifique.


© istock

Si l’exposition au DDT, insecticide aujourd’hui interdit, augmente inévitablement le risque de cancer du sein, le moment de la vie où a lieu la première exposition au DDT aurait aussi son influence, révèle une nouvelle étude scientifique, publiée dans le Journal of the National Cancer Institute.

Ainsi, les femmes exposées au DDT avant l’âge de 14 ans, en particulier durant la petite enfance, seraient les plus susceptibles de développer un cancer du sein avant l’âge de 50 ans, et avant la ménopause, ont détaillé les chercheurs. Quant aux femmes exposées après l’enfance, elles courraient un risque plus élevé de déclarer un cancer du sein entre 50 et 54 ans.

Les scientifiques ont ici suivi 15 528 femmes pendant près de six décennies, en notifiant l’âge de la première exposition au DDT, les niveaux de DDT pendant la grossesse et l’âge auquel un cancer du sein a été diagnostiqué. Pour déterminer les niveaux d’exposition au DDT, les chercheurs ont analysé des échantillons de sang stockés qui avaient été prélevés de 1959 à 1967 pendant la grossesse, à chaque trimestre et peu après l’accouchement. Ils ont ensuite utilisé les registres d’état pour identifier les 153 cas de cancer du sein diagnostiqués entre 1970 et 2010 chez des femmes âgées de 50 à 54 ans. Ils ont associé chacun de ces cas à un groupe témoin de femmes similaires n’ayant pas développé de cancer du sein.

Résultats : les femmes exposées au DDT de 3 à 13 ans présentaient le plus grand risque de cancer du sein avant et après la ménopause, avec un risque de diagnostic plus élevé avant 50 ans. Les femmes exposées au DDT avant l’âge de 3 ans avaient un risque élevé de cancer du sein avant la ménopause. Quant aux femmes exposées après la puberté, elles présentaient un risque élevé de cancer du sein après 50 ans, mais pas avant.

Toutes les femmes exposées au DDT auraient donc un sur-risque de cancer du sein, mais celui-ci ne se déclarerait pas au même moment selon le moment de l’exposition à ce pesticide, qui a été massivement utilisé dans les années 50-60.

Bien que peu de femmes nées avant l’interdiction du DDT aient pu éviter d’y être exposées, elles peuvent toujours prendre des mesures pour minimiser leur risque de cancer du sein, a estimé auprès de Reuters Steven Coughlin, chercheur à l’université Augusta en Géorgie, qui n’a pas participé à l’étude. “Pour réduire leur risque de cancer du sein, les femmes doivent rester physiquement actives (150 minutes d’activité physique d’intensité modérée par semaine), éviter de fumer et minimiser leur consommation d’alcool”, a résumé le scientifique.

Source : Reuters

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: