jeudi , 25 avril 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Cancers dus au papillomavirus : pour éradiquer la maladie il faut vacciner les garçons

Cancers dus au papillomavirus : pour éradiquer la maladie il faut vacciner les garçons



Le cancer du col de l’utérus (CCU) reste la 4e cause de cancer et de mortalité dans le monde. En France, on dénombre environ 3000 nouveaux cas annuels de CCU et 1100 décès. Pour faire baisser ces chiffres, les autorités sanitaires ont enfin opté pour un dépistage organisé du cancer du col de l’utérus (il sera mis en place progressivement en 2019) et recommandent en prévention primaire le vaccin contre le virus HPV aux jeunes filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage jusqu’à 19 ans.

Moins d’une fille de 15 ans sur quatre est vaccinée

Depuis 2006, la prévention primaire reposant sur la vaccination contre le papillomavirus, a été mise en place dans de nombreux pays européens avec des résultats contrastés. Les bons taux de couverture vaccinale (53 à 82%) obtenus dans les pays ayant implémenté des programmes organisés de vaccination (Suède, Portugal, Royaume Uni, Espagne…) contrastent en effet avec ceux des pays (comme la France) qui ont opté pour une vaccination "conseillée".

Ainsi, dans notre pays, le taux de couverture de la vaccination HPV à fin 2016 était de 24,4% chez les jeunes filles de 15 ans (pour 1 dose) et à 19,9% pour celles de 16 ans (3 doses).

Vaccination des garçons : on attend l’avis de la HAS

"Jusqu’ici la vaccination masculine était une vaccination altruiste. On pensait à vacciner les garçons pour protéger les filles. Mais aujourd’hui, il est démontré que cette vaccination permet aussi aux garçons de se protéger d’un certain nombre de maladies liées aux HPV" souligne le Dr Olivier Jourdain, gynécologue-obstétricien à Bordeaux (Gironde), interviewé lors du congrès Eurogin 2018.

A l’occasion de ce congrès, les gynécologues ont rappelé qu’une vingtaine de pays (parmi lesquels l’Australie, l’Argentine, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, le Canada, la Suisse, l’Italie, l’Autriche, la Norvège…) ont introduit la vaccination des garçons dans leur calendrier vaccinal. En Australie, avec un taux de couverture vaccinale de près de 80% chez les filles et de 75% chez les garçons de 15 ans, le pays est désormais en passe de devenir l’un des premiers à avoir éradiqué le cancer du col de l’utérus.

En France, la vaccination des garçons contre le HPV fait partie des 11 mesures préconisées par la Ligue contre le cancer dans son livre blanc. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé hier lors de ses voeux à la presse qu’elle y était "favorable" et qu’elle avait saisi la Haute autorité de santé afin qu’elle rende son avis à ce sujet en 2019.

A lire aussi :

Ce qu’il faut savoir sur le papillomavirus

Le vaccin HPV recommandé aux hommes homosexuels



Première apparition

A lire aussi: