dimanche , 25 août 2019
Accueil » Actualité » Cannes 2019: Edouard Baer n’a pas pu s’empêcher de tacler Netflix

Cannes 2019: Edouard Baer n’a pas pu s’empêcher de tacler Netflix

CHRISTOPHE SIMON / AFP

Edouard Baer, maître de la cérémonie d’ouverture du 72e Festival de Cannes, le 14 mai 2019.

FESTIVAL DE CANNES – Entre Cannes et Netflix, c’est “fuis-moi, je te suis”. Si le Festival a fait modifier ses règles pour bannir de la compétition les films qui ne sortent pas en salle, les plateformes de streaming ne sont pourtant jamais loin dans les discours officiels.

Ce mardi 14 mai, avant que Charlotte Gainsbourg et Javier Bardem ne déclarent officiellement ouverte cette 72e édition de la grand-messe du cinéma, Édouard Baer n’a pas résisté à l’envie d’envoyer un petit tacle au géant américain aux 140 millions d’abonnés. Sur la scène du Grand Auditorium Louis Lumière à Cannes, l’acteur a lancé: “Le cinéma, c’est la salle de cinéma, c’est le collectif, la chaleur humaine (…) c’est sortir de chez soi, ce miracle-là, plutôt que de rester là à manger des pizzas en regardant Netflix!”

La guéguerre entre Cannes et Netflix a démarré en mai 2017, alors que le film “Okja” du réalisateur coréen Bong Joon Ho était en compétition. L’arrivée en sélection d’un film destiné à ne jamais sortir dans les salles obscures réveillait toutes les craintes de l’industrie cinématographique française.

Convaincu qu’il réussirait à persuader Netflix de diffuser “Okja” au cinéma, Thierry Frémaux avait finalement rétropédalé. Et à l’aune de l’édition 2018, le règlement du Festival avait même été modifié: “Dorénavant, tout film qui souhaitera concourir en compétition à Cannes devra préalablement s’engager à être distribué dans les salles françaises.”

Si le directeur délégué du Festival de Cannes assure souvent qu’il “s’entend bien” avec Reed Hastings et Ted Sarandos (les têtes pensantes de la plateforme), reste que Netflix n’est depuis plus très présent à Cannes.

Pour cette édition 2019, le service de presse du roi du streaming assure même qu’il n’ira pas faire ses emplettes au marché du film, au sous-sol du Palais des Festivals.

La pique du maître de cérémonie en pleine soirée d’ouverture ne devrait pas forcément aider à raviver la flamme…


Première apparition

A lire aussi: