lundi , 17 juin 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Chimiothérapie au 5-FU : le test de toxicité devient obligatoire

Chimiothérapie au 5-FU : le test de toxicité devient obligatoire

Pour les malades du cancer traités par une chimiothérapie au 5-FU, un test sanguin doit être effectué au préalable pour vérifier que le patient tolère bien le médicament.

Près de 80 000 personnes souffrant d’un cancer reçoivent chaque année en France une chimiothérapie au 5-fluorouracile (5-FU), le plus souvent pour une tumeur digestive, du sein ou ORL. 

Mais ce traitement anticancéreux peut être très toxique chez certains patients présentant un déficit en DPD (dihydropyrimidine déshydrogénase), une enzyme qui permet à l’organisme d’éliminer ce médicament. 

Le déficit en DPD est rare. Entre 0,05 et 0,1 % des personnes sont atteintes d’un déficit complet dans la population générale ; entre 3 et 8 % ont un déficit partiel.

Pour les repérer avant l’instauration de la chimiothérapie au 5-FU, l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) vient de rendre obligatoire un test sanguin. Cette mesure de l’uracilémie est effectuée dans un laboratoire d’analyse.

L’Ansm, l’Institut national du cancer et la Haute autorité de santé mettent une fiche d’information à disposition des patients. 

 


Première apparition

A lire aussi: