dimanche , 26 mai 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Comment mieux communiquer avec son enfant adulte

Comment mieux communiquer avec son enfant adulte

La communication entre les parents et les enfants à l’âge adulte n’est pas toujours aisée. Souvent, certaines remarquent qui naissent d’un sentiment d’amour et d’inquiétude sont perçues comme une agression. Apprenez à reconstruire ce lien en respectant votre enfant.


© iStock

Avez-vous déjà donné un conseil à votre enfant (adulte), qui a provoqué une réaction de colère et de distance ? Il peut arriver à n’importe qui de prononcer des mots qui sont regrettés de façon quasi-instantanée. Mais certains parents semblent incapables d’avoir cette objectivité, et se demandent pourquoi leurs enfants réagissent de cette façon.

La cause de cette mésentente est souvent liée au sentiment d’amour pour cet enfant, et par la peur de le voir commettre d’éventuelles erreurs. Résultat : le parent se sent obligé de dire ce qu’il pense, pour protéger son enfant, même si celui-ci est un adulte libre de prendre ses propres décisions. Un discours parfaitement sensé pour vous peut sembler présomptueux et insensible à votre enfant adulte. Il aura ainsi l’impression que vous ne respectez pas son indépendance ou que vous ne croyez pas en ses compétences. Comment retrouver le lien et la communication perdue ?

Réfléchissez avant de parler

Quel sera l’effet des mots que vous avez envie de dire ? Est-ce vraiment utile, ou est-ce juste un moyen pour vous de conserver votre autorité et votre pouvoir au sein de la relation ? Même si vous vous sentez proche de votre enfant, être complètement honnête n’est pas toujours la meilleure façon de l’aider. Écoutez d’abord. Parlez ensuite comme si c’était un ami.

Vous n’êtes plus au centre

Quand votre enfant était petit et dépendant, vous étiez le centre de son univers. Mais votre enfant a grandi, et les choses ont changé. Certains conflits peuvent naître à cause de l’oubli de cette réalité, et de l’hypothèse que rien n’a changé, indique Psychology Today. Le besoin de retrouver une place centrale peut pousser le parent à donner des conseils non demandés, à critiquer sans cesse, ou à oublier que son enfant a grandi, et ne pas prendre en compte ses changements de vie. Essayez de faire évoluer votre point de vue : vous êtes désormais aux premières loges pour encourager votre fils ou votre fille.

S’adoucir

Vous avez envie de crier à votre enfant qu’elle·il commet une erreur terrible en s’engageant avec un tel partenaire. Pensez à la façon dont ces cris seront perçus et entendus. Votre message aura probablement un meilleur impact si vous adoptez une approche plus calme. Si vous vous sentez obligé de donner des conseils, demandez d’abord à l’enfant s’il a envie de les entendre. Et si la réponse est positive, optez pour une suggestion discrète en respectant le point de vue de votre enfant.

Savoir s’abstenir

Certains parents très sages savent se taire, en croisant les doigts pour que tout se passe bien pour leur enfant bien-aimé. L’inquiétude est un sentiment tout à fait naturel, mais vouloir intervenir dans chaque aspect de la vie d’une autre personne, qu’il s’agisse de son enfant ou pas, n’est pas la solution. Chaque être humain a le droit de faire ses propres erreurs pour trouver son chemin.

Apprendre à s’excuser

Aimer son enfant signifie aussi savoir s’excuser lorsqu’on va trop loin. Vous avez contrarié votre enfant adulte en lui donnant un conseil non demandé, ou en critiquant sa vie ? Présentez vos excuses sincères. Et répéter « une mère/un père devrait pouvoir dire n’importe quoi à son enfant, car je suis la/le seul à t’aimer assez pour te dire la vérité » risque d’aggraver le conflit. En effet, être parent ne donne pas le droit de blesser gratuitement son enfant. Enfin, ne présumez jamais que votre enfant sait que vous l’aimez ou que vous l’admirez. Faites-le-lui savoir.

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: