vendredi , 24 mai 2019
Accueil » Actualité » Donald Trump a-t-il été proche de la destitution?

Donald Trump a-t-il été proche de la destitution?


Dans un entretien diffusé ce jeudi sur CBS, l’ex-chef du FBI par intérim Andrew McCabe a confirmé que des responsables du ministère de la Justice et du FBI avaient évoqué la possibilité d’utiliser le 25e amendement de la Constitution pour écarter Donald Trump du pouvoir dans le cadre de l’enquête sur une possible collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump en 2016.

Selon cet amendement, le cabinet peut déclarer que le président est « inapte » à assurer ses fonctions, ce qui entraîne son remplacement par le vice-président. Si le chef de l’exécutif conteste son incapacité, le Congrès doit se prononcer.

Plusieurs médias ont assuré que des discussions avaient eu lieu au ministère de la Justice à ce sujet au printemps 2017, mais elles n’ont jamais été confirmées.

Dans la journée, ce même Andrew McCabe, via son attaché de presse, a assuré que ses propos avaient été « tirés de leur contexte » et que ce dernier n’avait jamais participé à quelconque discussion à ce sujet. 

Conversations enregistrées?

Pourtant, d’après le journaliste Scott Pelley en charge de l’entretien, Andrew McCabe a bel et bien déclaré dans leur entretien, dont l’intégralité sera diffusé dimanche, qu’ils avaient « compté les têtes » des membres du gouvernement susceptibles de soutenir une telle action. 

Lors de ces réunions, il aurait été envisagé d’équiper le numéro 2 du ministère de la Justice Rod Rosenstein pour qu’il enregistre les conversations du président. 

« Le sujet est venu sur la table à plus d’une reprise et a été envisagé très sérieusement, si bien que (M. McCabe) a posé la question à des juristes du FBI », a assuré Scott Pelley.

Propos réfutés par Trump

Andrew McCabe a également fait part de ses inquiétudes quant à la poursuite de l’enquête, en particulier depuis le limogeage de son prédécesseur. 

« Dès le lendemain (de sa nomination, ndlr), j’ai rencontré l’équipe qui enquêtait sur le dossier russe. » « J’étais tellement inquiet, je voulais ancrer l’enquête russe sur une base très solide, d’une manière indélébile, pour qu’elle ne puisse pas être close si j’étais muté ou viré », a-t-il ajouté, avant d’être effectivement licencié en mars 2018. 

Le président Trump a balayé ces déclarations dans un Tweet jeudi. « Le chef du FBI par intérim déshonoré, Andrew McCabe, prétend être un +pauvre petit ange+ alors qu’il a joué un grand rôle dans (…) le canular russe », a tweeté le président républicain sans entrer dans les détails.  

L’entretien d’Andrew McCabe à CBS est le premier accordé à des journalistes depuis son limogeage et précède la publication d’un livre « The Threat: How the FBI protects America in the Age of Terror and Trump » (« La Menace: comment le FBI protège l’Amérique à l’heure du terrorisme et de Trump »).




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: