mardi , 20 août 2019
Accueil » Actualité » En Autriche, tous les ministres d’extrême droite démissionnent après une vidéo compromettante

En Autriche, tous les ministres d’extrême droite démissionnent après une vidéo compromettante

AUTRICHE – La coalition gouvernementale droite-extrême droite en Autriche a vu, à quelques jours des élections européennes, le départ ce lundi 20 mai, de tous les ministres FPÖ, emportés par une sulfureuse vidéo où le leader nationaliste Heinz-Christian Strache était disposé à se compromettre avec la Russie.

Le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) a annoncé en fin de journée retirer avec effet immédiat tous ses ministres du gouvernement formé avec les conservateurs du chancelier Sebastian Kurz, sans attendre les législatives anticipées qui devraient avoir lieu en septembre.

Ce départ fait suite à la décision du chef du gouvernement de limoger le ministre de l’Intérieur d’extrême droite Herbert Kickl. Autour de ce responsable politique controversé, stratège du FPÖ, une nouvelle crise s’était nouée lundi au sein de la coalition à l’agonie.

“Herbert Kickl ne peut pas enquêter sur lui-même”

Sebastian Kurz estime le profil de ce ministre incompatible avec le déroulement de l’enquête sur la vidéo tournée secrètement dans une villa d’Ibiza en 2017 mettant en cause Heinz-Christian Strache, l’ex-patron du FPÖ acculé samedi à la démission de tous ses mandats, dont celui de vice-chancelier.

“Il est clair que Herbert Kickl ne peut pas enquêter sur lui-même”, a martelé le chancelier.

Un tel limogeage se traduira par un départ de tous les ministres FPÖ du gouvernement, avait prévenu d’emblée Norbert Hofer, ministre des Transports et nouveau chef désigné du parti.

Un ministre de l’Intérieur au cœur de nombreuses polémiques

Durant les 18 mois au pouvoir de la coalition, le ministre de l’Intérieur s’est retrouvé au centre de nombreuses polémiques. Il a provoqué un scandale national en faisant perquisitionner, à peine entré en fonction, le siège des services de sécurité intérieure (BVT). 

De nombreux documents sensibles ont été saisis et, jugeant la fiabilité du BVT affectée, des services de renseignement alliés ont pris leurs distances avec cette institution.

Le FPÖ détenait encore, outre le portefeuille de l’Intérieur, ceux des Affaires étrangères, de la Défense, des Transports et du Travail. 

 


Première apparition

A lire aussi: