mardi , 19 février 2019
Accueil » Actualité » en Nouvelle-Zélande, une famille britannique menacée d’expulsion

en Nouvelle-Zélande, une famille britannique menacée d’expulsion



Le comportement jugé déplorable de cette famille britannique est venu à bout de l’administration néo-zélandaise et a offusqué les habitants de l’île. 

La famille d’une dizaine de membres s’est faite remarquer pour une série d’incidents survenus à Auckland et à Hamilton, localité plus au sud. Ils sont accusés de jeter leurs déchets n’importe où, d’agression, d’avoir mangé aux frais de la princesse et de comportements menaçants. 

Phil Goff, le maire d’Auckland, la principale ville du pays, est personnellement monté au créneau afin de dénoncer ces agissements: « Ces types sont des ordures. C’est des sangsues », a-t-il déclaré sur une radio locale. 

« Si on dit une fois, ‘j’ai trouvé un cheveu ou une fourmi dans mon plat’, on vous croit mais à chaque repas, ils trouvent le moyen de ne pas payer. C’est un comportement de criminels. Ils sont pires que des cochons et je veux les voir mis dehors ».

Le gestionnaire adjoint de l’immigration de Nouvelle-Zélande, Peter Devoy, a déclaré que les membres de la famille avaient reçu un avis d’expulsion motivé par des « questions de moralité ».

Violences, même chez les enfants 

L’une des Britanniques, une jeune femme de 26 ans, a reconnu mercredi devant un tribunal avoir dérobé pour 55 dollars néo-zélandais (une trentaine d’euros, ndlr) de marchandises dans une station-service. 

Devenus les ennemis publics numéro 1 du pays insulaire, ils sont suivis à la trace par les médias locaux depuis la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo les montrant en train d’abandonner sur une plage des packs de bière, bouteilles vides et détritus divers.

Sur cette séquence, on peut voir un enfant menacer de « casser la gueule » d’une femme qui leur demandait de ramasser leurs ordures.

D’après Stuff Media, une des membres de la famille a frappé à coup de chaussure un journaliste qui venait lui poser des questions.   

L’un des intéressés a raconté au New Zealand Herald que la famille avait décidé de précipiter son retour en Grande-Bretagne. Il a ajouté être venu en Nouvelle-Zélande avec son frère, leurs conjoints et enfants respectifs ainsi qu’avec leur père et mère. 




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: