mercredi , 21 août 2019
Accueil » Actualité » Européennes: Glucksmann et Lagarde avaient le même objet symbolique

Européennes: Glucksmann et Lagarde avaient le même objet symbolique

POLITIQUE – Une passoire, du pain, des menottes… et des morceaux du mur de Berlin. Voici les différents objets que les douze têtes de listes aux élections européennes ont apportés sur le plateau de l’Emission politique sur France 2 ce jeudi 4 avril. 

Tour à tour, ces responsables politiques -dont certains émergent et sont encore inconnus du grand public- ont expliqué pourquoi ils avaient choisi telle ou telle chose pour représenter leur “vision de l’Europe”. Mais comme vous pouvez le voir ci-dessous, deux candidats ont eu la même idée. La tête de liste socialiste-Place Publique Raphaël Glucksmann et le patron de l’UDI Jean-Christophe Lagarde ont en effet présenté, tous les deux, des morceaux du mur de Berlin. 

“Moi je me souviens que quand j’avais l’âge de monsieur Bardella, il y avait un mur. Et ce mur, il s’est effondré quand personne ne s’y attendait. (…) Je ne comprends pas l’obsession de certains à vouloir reconstruire des murs en Europe”, a expliqué notamment expliqué le centriste, avant de citer Ernest Hemingway. 

 Quelques minutes plus tard, Raphaël Glucksmann a lui aussi sorti des bouts du mur ô combien symbolique de la division européenne. Des morceaux que son père lui avait donné “quand il avait dix ans”. Et la tête de liste surprise des socialistes de s’interroger sur “pourquoi on reconstruit aujourd’hui des murs”. “On a trahi le projet européen parce qu’on l’a confié aux banquiers. Quand j’avais 20 ans, j’aurais pu faire l’ENA ou aller dans un parti politique, et j’ai choisi de voyager en Europe”, a-t-il expliqué, sans pouvoir finir son analyse. 

Pot de miel, avion et bracelet de naissance…

Tous les responsables ont présenté des objets en adéquation avec leurs idées et leurs projets pour l’Europe. 

Ainsi, Nathalie Loiseau s’est affichée avec du piment d’Espelette. “C’est une partie de mes racines, de mon identité”, a expliqué la tête de liste LREM en vantant les mérites de dispositifs européens qui auraient permis de sauver cette épice française. Benoît Hamon de la liste Génération.s a pour sa part apporté un “gilet de sauvetage” que l’Union européenne a été capable de tendre aux banques lors de la crise financière mais a décidé de ne pas donner aux migrants mourant dans la méditerranéenne. Ian Brossat à lui aussi prôné “l’Europe des gens, pas de l’argent” à travers un bracelet de naissance. 

L’Insoumise Manon Aubry est venue, quant à elle, avec un chèque représentant “l’évasion fiscale” ou la nécessité d’investir dans la Transition écologique. Yannick Jadot a affiché un pot de miel, pour montrer les dangers que représentent les pesticides sur les abeilles et l’ensemble de l’Humanité. Nicolas Dupont-Aignan a, lui, mis en avant un avion pour représenter une Union qui “supprime les frontières”.

François Asselineau a pour sa part montré des menottes, symbolisant selon lui, la pression qu’exercent les instances européennes sur les États membres. Même chose pour Florian Philippot qui est venu avec une baguette de pain, quand Jordan Bardella montrait une passoire pour symboliser une Union incapable de protéger les Français.

 À voir également sur Le 4Suisse:


Première apparition

A lire aussi: