samedi , 19 octobre 2019
Accueil » Finance » Baisse de taux, prêts à long terme, rachats d’actifs… Les mesures annoncées par la BCE

Baisse de taux, prêts à long terme, rachats d’actifs… Les mesures annoncées par la BCE


Le coup de pouce monétaire était très attendu par les marchés. Comme attendu, la Banque centrale européenne (BCE) a dévoilé jeudi un nouveau paquet de mesures visant à stimuler l’économie. Quelques semaines avant le départ de Mario Draghi, et l’arrivée de sa remplaçante Christine Lagarde, Francfort donne le ton face au ralentissement de la croissance dans la zone euro.

L’institution s’était montrée déterminée lors de sa dernière réunion de juillet à redoubler d’efforts, malgré ses marges de manœuvre restreintes pour stimuler l’activité et les prix, alors que l’inflation demeure éloignée de son objectif « proche mais en dessous de 2% ». En août, l’inflation ressortait à 1,0% sur un an dans la zone euro. Tour d’horizon des principales mesures annoncées ce jeudi et de ce qu’il faut en retenir. 

Baisse du taux sur les dépôts bancaires

Francfort abaisse comme attendu à -0,50% son taux sur les dépôts bancaires, frappant les liquidités excédentaires des banques. Ce dernier n’avait plus bougé depuis 2016. la BCE souhaite par ce biais encourager les banques à prêter leurs excès de trésorerie aux ménages et aux entreprises au lieu de le laisser au guichet de la banque centrale.

L’institution laisse en revanche inchangés ses deux autres taux directeurs, le taux de refinancement à 0% et le taux de prêt marginal à 0,25%. Le taux de refinancement, auparavant son principal instrument, campe à ce niveau depuis trois ans.

De nouvelles baisses de taux potentielles à l’avenir

La BCE s’est réservée la possibilité de baisser de nouveau ses taux, tout en abandonnant tout horizon précis pour les relever, signe supplémentaire de sa détermination à soutenir dans la durée une économie au ralenti. Si l’institution monétaire promettait encore en juillet de ne pas durcir le coût du crédit avant mi-2020, elle exclut désormais de le faire tant que les perspectives d’inflation n’auront pas « solidement convergé » vers son objectif proche de 2%, une formulation inédite.

Un système pour atténuer les effets des taux négatifs

L’institution a fait un geste pour les banques jeudi en introduisant un système visant à atténuer l’impact des taux négatifs sur les établissements financiers. Ce système « prévoit qu’une partie des liquidités excessives des banques sera exemptée du taux de dépôt négatif ». Ce dispositif doit permettre de réduire la facture des taux négatifs, estimée à environ 7,5 milliards d’euros en 2018 et principalement supportée par les banques allemandes et françaises.

« Nous avons décidé d’introduire un système à deux vitesses de rémunération des réserves dans lequel une partie des avoirs des banques sous forme de liquidités excédentaires sera exemptée du taux négatif de la facilité de dépôt afin de soutenir la transmission de la politique monétaire assurée par les banques », a expliqué Mario Draghi.

Relance des rachats de dette

La BCE a décidé de réactiver ses rachats nets de dette publique et privée, à raison de 20 milliards d’euros par mois à compter du 1er novembre. L’institution a donc surmonté ses divisions internes en décidant de relancer ce programme baptisé « QE » pour « Quantitative Easing », et qui a déjà permis de déverser 2.600 milliards d’euros entre 2015 et 2018 pour soutenir une conjoncture et une inflation atones.

« Nous anticipons que les achats nets d’actifs dureront aussi longtemps que nécessaire pour renforcer la portée accommodante de notre politique de taux et se termineront peu avant que nous ne commencions à augmenter les taux directeurs de la BCE », a précisé Mario Draghi.

Mis en place en 2015 pour relancer l’activité en Europe, le QE avait finalement pris fin, du moins en partie, en décembre dernier pour donner davantage de manoeuvre à la BCE en cas de récession. En réalité, depuis janvier, l’institution n’achetait des obligations sur le marché qu’en réinvestissant les montants remboursés par les émetteurs au fur et à mesure des échéances. Il n’y avait donc plus de rachat nets depuis cette période, mais le maintien d’un bilan d’actifs à un niveau élevé. C’est ce qui change aujourd’hui, avec un bilan qui va de nouveau progresser. 

Prêts à long terme (LTRO)

Francfort a annoncé que les modalités de la nouvelle série de prêts géants aux banques (TLTRO III) seront « modifiées » afin de préserver des conditions de crédit favorables.

« Pour les banques dont les crédits nets éligibles dépassent une référence donnée, le taux appliqué dans les opérations TLTRO III sera plus bas et peut être aussi bas que la moyenne des taux d’intérêt sur la facilité de dépôt en vigueur durant la durée de l’opération », a déclaré le président de la BCE.




Retrouvez cet article sur : BFM Business