mardi , 22 octobre 2019
Accueil » Finance » Boeing aurait désactivé un dispositif de sécurité du 737 Max qui serait lié aux accidents mortels vécus par la compagnie aérienne

Boeing aurait désactivé un dispositif de sécurité du 737 Max qui serait lié aux accidents mortels vécus par la compagnie aérienne

Boeing aurait désactivé un dispositif de sécurité du 737 Max qui serait lié aux accidents mortels vécus par la compagnie aérienne

Un policier éthiopien passe à côté des débris de l’accident de l’avion du vol ET 302 d’Ethiopian Airlines en mars 2019. REUTERS/Baz Ratner

Boeing aurait désactivé un dispositif de sécurité dans le logiciel utilisé dans ses avions 737 MAX et lié aux deux accidents mortels qui ont touché le constructeur aéronautique en 20189 et en 2019, selon une information du Wall Street Journal. Le quotidien précise que ce dispositif de sécurité existait pourtant dans une version antérieure du système anti-décrochage, appelé MCAS, du 737 MAX. Ce système s’appuyait sur les données d’un seul des deux capteurs de mesure de l’angle du nez de l’avion dans le ciel.

Pourtant, les ingénieurs de Boeing ont créé le système MCAS pour la première fois il y a plus d’une décennie pour équiper un avion militaire utilisé pour le ravitaillement en carburant, a rapporté le Wall Street Journal, citant des personnes au fait du problème. Dans cet avion, le système fonctionnait avec de multiples capteurs — donnant aux pilotes plus de contrôle sur l’avion, selon le rapport.

Des Boeing 737 Max non livrés restent inactifs sur un site de Boeing à Seattle,
Washington, en août 2019. Les avions ne peuvent pas être pilotés par leurs compagnies aériennes car l’avion a été interdit de vol dans le monde entier depuis mars. David Ryder/Getty Images

Boeing a confirmé en avril qu’une erreur de lecture des capteurs avait déclenché le logiciel MCAS de l’avion lors des deux accidents mortels : un vol de Lion Air en Indonésie en octobre 2018 et un vol de Ethiopian Airlines en mars 2019 en Ethiopie. Ces accidents ont tué 346 personnes au total. Les rapports préliminaires d’enquête sur les deux accidents suggèrent qu’il y a eu des problèmes avec les lectures des capteurs. Lors des deux vols, les avions ont piqué du nez et les pilotes ont été incapables de reprendre le contrôle.

A lire aussi — Les 737 Max de Boeing cloués au sol jusqu’en 2020 selon le Wall Street Journal

Objets récupérés de la mer au port de Tanjung Priok, Indonésie, après l’accident du Boeing 737 Max de Lion Air en octobre 2018.Eddy Purwanto/NurPhoto via Getty Images

Le système MCAS est conçu pour empêcher l’avion de décrocher — ce qui peut se produire lorsqu’un avion est trop fortement incliné vers le haut — en pointant automatiquement le nez vers le bas. Des experts ont critiqué la décision de Boeing de faire dépendre l’avion d’une seule entrée de capteur. Peter Lemme, un ancien ingénieur des commandes de vol de Boeing, a déclaré à CNN en mai que l’avion aurait dû être doté d' »une conception à sûreté intégrée » qui « s’appuyait sur deux entrées pour s’assurer de ne pas être vulnérable à une seule défaillance ».

Autre défaut : les capteurs sont fixés à l’extérieur de l’avion, où ils peuvent être facilement endommagés en vol. Le représentant américain Peter DeFazio, président du comité des transports de la Chambre des représentants, a également déclaré que l’enquête de sa commission sur le 737 MAX porterait sur la manière dont le fonctionnement du logiciel reposait sur un seul capteur.

Le cockpit d’un Boeing 737 Max Ted S. Warren/Associated Press

Boeing a depuis défendu sa conception. En réponse au rapport de CNN, un porte-parole a déclaré que « les sources uniques de données sont considérées comme acceptables dans de tels cas par notre industrie « . Mais Boeing, dans ses actions, semble considérer un deuxième capteur comme un avantage. L’entreprise est en train de mettre à jour la conception du 737 MAX, et a déclaré que sa mise à jour incorporera les données de deux capteurs au lieu d’un seul.

A lire aussi :  Boeing accuse une perte trimestrielle historique suite au désastre du 737 Max

L’avion ne reprendra pas son vol tant que les organismes de réglementation aux États-Unis et dans le monde n’auront pas approuvé le correctif du Boeing — un processus qui, pour la plupart dans l’industrie, ne sera achevé au plus tôt que vers la fin 2019. Selon des sources du Wall Street Journal, ce correctif rendra le système MCAS de l’avion MAX plus similaire à celui de l’avion militaire.

Un porte-parole de Boeing a refusé d’expliquer au Wall Street Journal pourquoi les systèmes sont différents sur les deux avions. Le porte-parole a dit : « Les systèmes ne sont pas directement comparables. »

Les Kényans pleurent la famille et les amis des victimes de l’écrasement du Boeing 737 Max Ethiopian Airlines, sur les lieux de l’accident en mars.REUTERS/Baz Ratner

Un représentant de l’U.S Air Force et d’autres sources anonymes ont déclaré au Wall Street Journal que l’avion à réaction de ravitaillement militaire équipé du système MCAS comporte également une autre mesure de protection, qui permet aux pilotes de neutraliser le système en tirant sur les commandes. Will Roper, un secrétaire adjoint de l’U.S Air Force, a déclaré : « Nous avons de meilleures données de détection. » « Mais le plus important, quand le pilote saisit le manche, c’est qu’il est complètement aux commandes. »

A lire aussi — Boeing prévoit des centaines d’embauches pour préparer la livraison des 737 Max cloués au sol

Les pilotes de du 737 MAX ont critiqué Boeing en considérant que c’était une conception d’avion qui diminuait leur contrôle. Les pilotes d’American Airlines ont confronté les dirigeants de Boeing au sujet du système MCAS en novembre 2018, après le premier accident mais avant le second. Un pilote a dit : « Ces types ne savaient même pas que ce foutu système était dans l’avion, ni personne d’autre. »

Boeing fait actuellement l’objet de poursuites de la part des familles des personnes tuées à bord des avions, ainsi que d’enquêtes fédérales et de demandes d’indemnisation de la part de compagnies aériennes du monde entier dont les avions sont cloués au sol et qui ne peuvent plus voler depuis mars.

Version originale : Business Insider / Sinéad Baker

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi :
Le responsable du 737 Max quitte Boeing en pleine tourmente

VIDEO: Voici comment les Marines américains construisent un pont temporaire pour traverser un fleuve




Retrouvez cet article sur : Business Insider