jeudi , 24 septembre 2020
Accueil » Finance » Comment placer l’argent accumulé sur votre livret A sans prendre de risque

Comment placer l’argent accumulé sur votre livret A sans prendre de risque


Le Livret A a la cote. Ce placement a de nouveau enregistré une belle collecte au mois d’août, de 2,25 milliards d’euros, contre 1,85 milliard en juillet et 1,71 milliard un an auparavant, au moins d’août 2019, selon les chiffres publiés mardi 22 septembre par la Caisse des dépôts. Depuis le début de l’année, les dépôts des Français sur leur Livret A ont excédé de 24,5 milliards d’euros les retraits, soit un montant record sur cette période.

« Le résultat du mois d’août 2020 témoigne du maintien d’un niveau élevé d’inquiétude au sein de la population. Les ménages n’ont pas puisé dans leur épargne de précaution au mois d’août durant leurs vacances », estime Philippe Crevel, le directeur du Cercle de l’épargne, dans une note citée par l’AFP. Ils ont aussi moins dépensé en raison des fermetures de frontières limitant les voyages à l’étranger et de l’absence de certains loisirs, tels que des spectacles ou des festivals.

Toutefois, le Livret A est devenu un placement de moins en moins intéressant au fil des ans. S’il reste liquide, permettant d’accéder à son épargne à tout moment, il offre un taux d’intérêt historiquement bas, de seulement 0,5% par an. D’autres placements, également sans risque, permettent d’accéder à des rendements plus élevés.

Le PEL plus rémunérateur, mais plus contraignant

C’est le cas du plan épargne logement (PEL) par exemple. Son taux d’intérêt est fixé à l’ouverture et restera le même durant tout la durée de sa détention. Autrement dit, il ne pourra pas être revu à la baisse comme c’est le cas du Livret A ces dernières années. Depuis 2016, tous les plans ouverts offrent un rendement annuel de 1%. Cette rémunération est faible mais redevient attractive avec un taux du Livret A à 0,50%. Le PEL permet d’obtenir un prêt à un taux privilégié, mais il peut aussi être utilisé comme un simple produit d’épargne, plafonné à 61 200 euros, contre 22 950 euros pour le Livret A.

En revanche, l’argent placé dessus ne peut être retiré avant quatre ans, sous peine de perdre ses droits à prêt, mais aussi de voir ses intérêts recalculés à un taux plus faible (0,5%) dans le cas d’un retrait avant deux ans. Il doit en outre être alimenté à hauteur d’au moins 540 euros par an, au travers généralement de versements réguliers — 45 euros par mois minimum ou 135 euros par trimestre.

Le livret d’épargne populaire, pour les ménages modestes

Le livret d’épargne populaire (LEP) permet également d’obtenir un meilleur taux que le Livret A. Comme le PEL, sa rémunération s’élève aujourd’hui à 1%. En revanche, ce placement n’est pas ouvert à tout le monde, il peut être souscrit sous conditions de revenus. Un célibataire ne doit ainsi pas gagner plus de 19 977 euros par an pour être éligible, un couple pas plus de 30 645 euros. Ce montant passe à 35 979 euros pour un couple avec enfant.

Comme pour le Livret A, les versements et retraits sont libres sur le LEP, plafonné à 7 700 euros. Et les intérêts sont aussi exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux, contrairement aux gains obtenus dans le cadre du PEL, soumis à un prélèvement forfaitaire unique de 30 %.

L’assurance vie en euros, de moins en moins rémunératrice

Enfin, bien que grévé par les taux bas, le rendement des assurances vie en euros reste en moyenne supérieur à celui du Livret A. Mais il peut fortement varier d’un contrat à un autre. « Pour 2020, nous faisons l’hypothèse d’un taux moyen compris entre 1% et 1,10% », précise Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du site et du cabinet de conseil Facts & Figures, rapporte l’Agefi. Un rendement qui continue de chuter, puisque les contrats d’assurance vie en euros ont offert une rémunération moyenne de 1,33% en 2019, après 1,66% en 2018.

En outre, des frais d’entrée, prélevés à chaque versement, ainsi que des frais de gestion viennent réduire la rémunération de ces contrats qui peuvent de ce fait mettre parfois plusieurs années avant de s’avérer rentables. Dans le cadre du fonds en euros, les sommes placées sont garanties. Il n’y a donc pas de risque de perte contrairement aux assurances vie en unités de compte ou multisupports. Comme pour le Livret A, il est possible d’effectuer des versements — sans aucun plafonnement — et de récupérer son argent à tout moment sur son contrat.

Il est toutefois préférable de souscrire une assurance vie dans le cadre d’un placement à long terme. Après huit ans de détention, la fiscalité devient en effet beaucoup plus avantageuse. Avant ce délai, les intérêts sont soumis à l’impôt sur le revenu.

Des placements attractifs, mais risqués

Enfin, vous pouvez aussi investir votre argent sur d’autres supports pour bénéficier de rendements potentiellement bien plus élevés. Mais vous vous exposerez alors à un risque de perte. Il existe plusieurs options, comme placer votre argent en Bourse via un compte-titre ou une assurance vie en unités de compte. Les sommes investies ne sont alors pas garanties et votre portefeuille peut fortement se déprécier en cas de chute des cours. Un risque à ne pas négliger en cette période de crise où la volatilité reste élevée.

Vous pouvez aussi investir votre argent dans une société civile de placement immobilier (SCPI). Selon les professionnels du secteur, le rendement moyen des SCPI devrait avoisiner les 4% en 2020, après un taux moyen de 4,4% délivré en 2019. Les SCPI distribuent des revenus réguliers, issus des loyers versés par les locataires des actifs détenus par elles. Ils prennent généralement la forme de dividendes trimestriels calculés au prorata des parts souscrites. Mais il ne faut pas oublier les frais d’entrée ainsi que les frais de gestion prélevés dans le cadre de ce placement, qui pèsent sur sa rentabilité. Ni sa fiscalité, plus lourde que pour les autres placements.

À lire aussi — Voici à quoi va servir l’argent que vous avez accumulé sur votre Livret A durant le confinement


Retrouvez cet article sur : Business Insider