lundi , 28 septembre 2020
Accueil » Finance » Dassault Aviation décolle en Bourse après l’annonce de la Grèce d’acheter 18 Rafales

Dassault Aviation décolle en Bourse après l’annonce de la Grèce d’acheter 18 Rafales


Le patron de Dassault Aviation, Eric Trappier, peut se frotter les mains. La Grèce a annoncé samedi 12 septembre son intention d’acheter 18 Rafale pour équiper son armée de l’air. Une commande qui va faire du bien au portefeuille du constructeur aéronautique, spécialisé dans les jets haut de gamme et les avions de combat. L’épidémie de Covid-19 n’a pas facilité les affaires du groupe, qui a enregistré l’équivalent de 984 millions d’euros de commandes, pour cinq jets Falcon, au premier semestre, contre 2,9 milliards d’euros sur les six premier mois de 2019.

« Je me réjouis de cette annonce qui conforte la relation exceptionnelle que nous entretenons avec la Grèce depuis près d’un demi-siècle, et je remercie les autorités grecques pour la confiance qui nous est accordée une nouvelle fois », a commenté Eric Trappier dans un communiqué. En Bourse, les investisseurs semblent également se réjouir. L’action Dassault Aviation est très convoitée lundi 14 septembre sur la place de Paris et s’envole de plus de 10% à 10h10, à 825,50 euros.

6 avions neufs, 12 d’occasion

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a précisé dimanche que 12 des 18 de combat Rafale seraient d’occasion. « Il s’agit de six appareils neufs et douze qui ont été utilisés un peu », a-t-il déclaré, selon l’AFP, après avoir annoncé samedi un important programme d’armement sur dix ans, sur fond de fortes tensions avec la Turquie en Méditerranée orientale. « Les premiers appareils vont arriver en Grèce en 2021 et l’achat sera achevé début 2022 », a aussi indiqué le Premier ministre lors d’une conférence de presse à Thessalonique, dans le nord du pays.

En revanche, aucun mot sur le montant de cette commande. La transaction devrait s’élever à un peu moins de 2 milliards d’euros, selon Les Echos, un proche des négociations avançant le montant de 1,8 milliard d’euros auprès du quotidien économique. C’est la première fois que la France parvient à placer son avion de combat auprès des flottes militaires européennes. La ministre française des Armées, Florence Parly, a salué « un succès pour l’industrie aéronautique française ».

Première commande à l’export depuis 2016

L’Union européenne et la France en particulier ont apporté leur soutien à la Grèce dans sa vive opposition à la Turquie, suite au déploiement d’un navire turc de recherche escorté de bâtiments de guerre dans une zone maritime disputée par les deux pays voisins, à l’est de la Méditerranée. Cette zone est considérée riche en hydrocarbures. S’en est suivie une escalade verbale entre Paris et Ankara.

Pour Dassault et son site de production à Mérignac (Gironde), le contrat grec est une aubaine, alors que l’avionneur n’avait plus décroché de nouvelles commandes à l’exportation pour le Rafale depuis 2016, rappelle Les Echos. L’avionneur se souciait de la baisse progressive de son carnet de commandes, tombé à 68 appareils au 30 juin 2020, dont 28 pour la France et 40 à l’export.

Suite à cette annonce, les analystes de Morgan Stanley, MainFirst et Credit Suisse ont confirmé leur avis positif sur l’action Dassault Aviation, précise le site Boursier.com. Le titre reste loin de son niveau d’avant la crise sanitaire. L’action valait plus de 1 180 euros début janvier.

À lire aussi — Le Salon du Bourget en 19 photos, du taxi volant Airbus à la démonstration du Rafale


Retrouvez cet article sur : Business Insider