mercredi , 23 octobre 2019
Accueil » Finance » La parade de Carrefour pour contourner l’interdiction des promos ‘1 produit acheté = 1 produit offert’

La parade de Carrefour pour contourner l’interdiction des promos ‘1 produit acheté = 1 produit offert’

La parade de Carrefour pour contourner l'interdiction des promos '1 produit acheté = 1 produit offert'

Carrefour propose une offre « 1 produit acheté = 1 produit offert ». Pixabay/Marco_Pomella

Alors que la commission d’enquête sur les pratiques de la grande distribution vient de rendre son rapport, Carrefour lance son « mois Carrefour » à grand renfort de promotions et n’hésite pas à prendre quelques libertés avec la loi alimentation. Dans son catalogue pour la première semaine du mois d’octobre, Carrefour propose une offre « 1 + 1 offert », c’est-à-dire pour un produit acheté, un produit offert. Par exemple, pour une sauce tomate de la marque Panzani acheté, vous aurez un paquet de pâtes de 400 g Panzani offert. Même principe avec cet autre exemple : pour un pack de 24 bières blonde 25 cl Leffe, Carrefour vous offre 12 bières 25 cl de la marque Bud. À noter que le terme « gratuit » ne figure pas dans le catalogue même si le mot « offert » est bien employé.

Cette promotion contourne clairement la loi EGALim mise en place fin 2018. Destinée notamment à éviter les promotions trop agressives des distributeurs, elle interdit notamment l’offre commerciale « 1 produit acheté = 1 produit gratuit », seul « pour 2 produits achetés, 1 offert » demeure encore possible aujourd’hui. Carrefour s’éloigne donc clairement de l’esprit de la loi en proposant cette offre. Pour s’affranchir des obligations légales, le distributeur joue sur les conditions : l’offre « 2 + 1 » ne porte pas sur les mêmes produits. En effet, avec la sauce tomate achetée, il n’offre pas un autre pot de sauce tomate mais un paquet de pâtes. 

Un extrait du catalogue « Le Mois Carrefour » du mardi 1er octobre au lundi 7 octobre 2019. Carrefour

Casino, Intermarché et Leclerc restent dans les clous

Catalogue de Casino du 1er au 13 octobre 2019. Casino

Les autres distributeurs ne vont pas aussi loin que Carrefour en contournant la législation, mais ils continuent à jouer la guerre des prix en poussant jusqu’aux limites autorisées par la loi. Casino propose, par exemple, en ce moment une offre « -100 % sur le 3ème produit ». Si l’on prend l’exemple d’un paquet de M&M’s de 550 g vendu normalement 4,88 euros, cela donne un paquet au prix unitaire de 3,25 euros et donc une remise de -33 % ce qui est conforme à la réglementation.

La loi EGALim prévoit en effet une remise maximale de -34 % sur la valeur du produit. Conforme à la loi certes, mais pas forcément à la volonté affichée à l’époque par les pouvoirs publics de mettre de l’ordre dans la guerre des prix et le tout promotion prônés par les acteurs de la grande distribution.

Chez Intermarché, la mécanique d’offre s’appuie sur un autre type d’argument : « le 2ème à – 68 % ». Comme pour l’exemple donné pour Casino, Intermarché respecte néanmoins scrupuleusement la loi EGALim. Si l’on prend l’exemple d’un paquet de céréales Chocapic de 430 g vendu 2,06 euros, on ne paiera que 2,71 euros pour 2 paquets au lieu de 4,12 euros ce qui représente bien une remise de – 68 % sur le 2ème produit affiché au prix unitaire de 0,65 euros. La remise totale sur le lot de deux produits reste néanmoins de -34 % soit exactement le maximum autorisé par la loi. 

Catalogue Intermarché du 01 au 06 octobre 2019. Intermarché

Leclerc, pour sa part, respecte à la lettre la loi EGALim dans son catalogue du 1er au 12 octobre 2019 : pour 2 paquets de 500 g de café moulu « Carte Noire » acheté, le 2ème est offert. Vous paierez donc un total de 11,60 euros au lieu de 17,40 euros soit -33 % de remise. 

‘Nous sommes redevables du pouvoir d’achat des Français’

Alexandre Bompard, PDG de Carrefour, s’était exprimé devant les membres de cette commission d’enquête parlementaire en juillet dernier. À cette occasion, il avait souhaité souligner la « volonté de diabolisation » de la grande distribution par les députés : « Il nous est demandé de maîtriser les prix de vente au consommateur – car nous sommes redevables du pouvoir d’achat des Français, de bien rémunérer les producteurs – car sinon nous les fragilisons, et de garantir la qualité – c’est notre responsabilité à l’égard des clients. (…) Nous devons (…) exercer cette contradiction, et je ne dis pas que nous y parvenons chaque jour, mais croyez-moi si nous n’y parvenons pas ce seront les clients qui nous sanctionneront les premiers ». Reste à voir si Carrefour pourra continuer longtemps à s’arranger avec la loi EGALim…

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi :
Les députés s’inquiètent que les supermarchés utilisent les cartes de fidélité pour contourner l’encadrement des promotions

VIDEO: 4 rituels matinaux difficiles à adopter mais qui peuvent vous faire beaucoup de bien




Retrouvez cet article sur : Business Insider