mardi , 2 juin 2020
Accueil » Finance » La piste du rachat de Conforama par son concurrent But se précise

La piste du rachat de Conforama par son concurrent But se précise


L’avenir de Conforama pourrait se jouer dans les jours qui viennent. L’enseigne d’ameublement, qui était déjà en grandes difficultés et en cours de restructuration avant la crise sanitaire, cherche des solutions pour s’en sortir. Elle a notamment sollicité il y a deux mois un prêt garanti par l’État (PGE) de 322 millions d’euros afin de faire face à de gros problèmes de trésorerie, selon les informations du Parisien. Aucune réponse n’a été pour le moment donnée par l’État et la menace d’une faillite est donc plus que jamais présente. La solution pourrait passer par un rachat par son concurrent, But.

Dès octobre dernier, le PDG de l’enseigne But avait déjà montré des marques d’intérêt pour le rachat d’une dizaine de magasins Conforama « plutôt situés en zone rurale et en région parisienne ». La piste semble se confirmer ces derniers jours. Si jusqu’ici le directeur général de Conforama, Marc Ténart, indiquait publiquement que la marque d’intérêt de But « ne correspond ni aux intérêts des salariés, ni à ceux de la filière », il semble tenir un discours bien différent en interne. Dans une note envoyée aux salariés de Conforama et datée du 20 mai 2020, que Le Parisien a pu se procurer, il précise que si « le PGE est toujours l’option sur laquelle nous nous focalisons », « les banques nous ont contraint d’examiner d’autres options, dont un rapprochement avec But ».

Ce changement de ton intervient alors qu’un Comité Interministériel de Restructuration Industriel (CIRI) doit se tenir vendredi 22 mai avec les syndicats de l’enseigne et le ministère de l’Économie. L’objectif pour Bercy est de rappeler ses exigences quant à un éventuel rachat de Conforama par But : maintien de tous les emplois, préservation des magasins et financement du plan de sauvegarde de l’emploi validé en 2019. Ce plan prévoyait notamment la suppression de 1 900 emplois sur les 9 000 que comptent actuellement l’enseigne. Le rachat par But, avec ses 7 500 salariés et une croissance annuelle de son chiffre d’affaires de 6,5 %, semble être la piste prisée par Bercy.

1 900 suppressions de postes et fermeture de 32 magasins Conforama

Conforama, troisième enseigne d’ameublement en France derrière Ikea et But, faisait face l’année dernière à 500 millions d’euros de pertes cumulées en France depuis 2013. Après avoir vendu des actifs à hauteur de 78,7 millions d’euros en janvier 2019 et bénéficié d’un plan de refinancement de 316 millions de la part de ses créanciers en avril 2019, l’enseigne avait annoncé en juillet de la même année sa volonté de supprimer 1 900 postes. Ainsi que la fermeture de 32 magasins Conforama et de 10 magasins Maison Dépôt.

Steinhoff International, le groupe sud-africain propriétaire de l’enseigne, avait dévoilé la démission de son PDG en décembre 2017 et la découverte d’un « trou » de 6 milliards de dollars dans ses comptes. Suite à cette affaire, Conforama avait vu mécaniquement ses dettes augmenter du fait de la situation de sa maison-mère. L’enseigne tente depuis de redresser la barre financièrement mais sans succès jusqu’ici. Un administrateur judiciaire a été désigné et travaille sur le dossier depuis un mois, sans garantie que l’offre de reprise de Conforama par But trouve grâce aux yeux des propriétaires de l’enseigne.

À lire aussi — Conforama, André, La Halle… Voici les enseignes qui pourraient ne pas survivre à la crise


Retrouvez cet article sur : Business Insider