lundi , 20 janvier 2020
Accueil » Finance » L’Allemagne boucle 2019 avec une croissance au plus bas depuis six ans

L’Allemagne boucle 2019 avec une croissance au plus bas depuis six ans


L’Allemagne a vu sa croissance économique nettement ralentir l’an dernier, avec une hausse de 0,6% de son produit intérieur brut après 2,5% en 2017 et 1,5% en 2018, a annoncé mercredi l’Office fédéral des statistiques. C’est son niveau le plus bas depuis 2013.

Naguère moteur économique du pays, l’industrie souffre principalement des conflits commerciaux entre Washington et ses principaux partenaires. La production industrielle hors bâtiment a ainsi chuté de 3,6%, et le commerce extérieur a coûté au pays 0,4 point de PIB. Le pays a également subi des facteurs plus spécifiques comme l’impact des sécheresses successives sur les livraisons dans la chimie ou les difficultés de ses constructeurs automobiles.

A l’inverse, la demande intérieure a une nouvelle fois embelli le tableau: les dépenses de l’Etat ont nettement accéléré (+5,0% après +3,3%), plus que la consommation privée  (+2,9% après +2,8%), tandis que les investissements en biens d’équipements ont encore progressé de 5,4%.

1,3% en France

Selon cette première estimation, le pays a enregistré sur la même période un excédent de 49,8 milliards d’euros de ses comptes publics, soit 1,5% de son PIB, en recul par rapport au record historique de 62,4 milliards l’année précédente. C’est le huitième excédent annuel consécutif.

Malgré la signature d’un premier accord entre les Etats-Unis et la Chine, l’Allemagne table sur une année 2020 encore médiocre. Alors que le gouvernement espérait encore 1,5% pour l’année prochaine, il ne mise plus que sur 1%…

Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le PIB français devrait grimper de 1,3% en 2019, tout comme en 2020. Si les chiffres n’ont rien d’impressionnants, ils démontrent néanmoins la résistance de la croissance française, dans un contexte compliqué. L’OFCE indique même que l’Hexagone sera le premier pays contributeur à la croissance de la zone euro en 2019.




Retrouvez cet article sur : BFM Business