lundi , 1 juin 2020
Accueil » Finance » Le plan de relance franco-allemand à 500 milliards d’euros sera-t-il accepté par le reste de l’UE?

Le plan de relance franco-allemand à 500 milliards d’euros sera-t-il accepté par le reste de l’UE?


« L’histoire de la construction européenne montre que c’est dans les moments de crise que, souvent, elle avance le plus vite » s’enthousiasme, ce mardi matin, l’ancien patron de l’OMC Pascal Lamy sur BFM Business. Une façon de célébrer la proposition de vaste plan de relance présentée par la France et l’Allemagne lundi: un fonds de 500 milliards d’euros de subventions destinées aux pays les plus touchés par la crise en Europe.

Si ce point de convergence entre Paris et Berlin est à saluer, tant les accords sur la politique budgétaire ont été compliqués cette dernière décennie, cette annonce n’est qu’une première étape.

« Il y a maintenant deux étapes à franchir » résume Pascal Lamy. « La première c’est l’intégration de cette proposition franco-allemande dans la proposition de la Commission qu’elle va faire à l’attention du Conseil européen et du Parlement européenne le 27 mai ».  Surtout, cette proposition devra être acceptée « par les 27 et le Parlement européen. » Et ce sera tout sauf une mince affaire.

Convaincre l’Autriche, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas

Ce mardi matin, Bruno Le Maire n’a d’ailleurs pas caché la complexité de la tâche. L’accord franco-allemand « est un accord décisif mais il restera à emporter la conviction d’autres Etats membres, en particulier de quatre Etats: l’Autriche, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas », a expliqué le ministre de l’Economie lors d’une audition à l’Assemblée nationale. « Ce sera une partie difficile, il ne faut pas se le cacher ».

Car, en réalité, ce fonds de 500 milliards destiné à soutenir les pays en difficulté est une façon, totalement inédite, de mettre en place de la dette commune en Europe, qui sera remboursée en proportion du poids économique de chacun (et pas en fonction des aides reçues). Sans aucun doute, la France et surtout l’Allemagne, paieront bien plus qu’elles ne recevront. Comme un parfum d’eurobonds… Si l’Allemagne a cédé, encore faut-il convaincre les quatre pays cités par Bruno Le Maire, et notamment les Pays-Bas de Mark Rutte.

Complexe mais pas désespéré 

« J’espère que les Italiens ne se font pas d’illusions. Ils n’en verront jamais la couleur » de cet argent, tranche l’économiste Jean-Marc Daniel dans Good Morning Business. « Les Français et les Allemands n’ont plus la prééminence qu’ils avaient. » Et le couple franco-allemand n’a pas que l’Autriche ou les Pays-Bas face à lui. Il s’est aussi mis à dos, depuis longtemps, les gouvernements populistes d’Europe de l’Est.

Dès lors, une décision à l’unanimité est-elle possible? « Ce qui est majeur, c’est de savoir si, cette fois-ci, l’Union européenne pourra venir en aide aux Européens » résume Pascal Lamy. La situation est complexe mais n’est pas forcément désespérée.

D’abord, le ralliement de l’Allemagne à de la dette commune était presque inespéré, et Berlin reste toujours le poids lourd du continent. Ensuite, la situation économique sera difficilement tenable sans une meilleure coopération européenne dans les mois à venir. Quant aux pays de l’Est, ils n’ont pas encore trouvé la brèche pour punir les « cigales » de l’ouest, même si les relations restent tendues. 

Une réalité en juin?

« Tous les États membres de l’UE parviendront finalement à un accord, ne serait-ce que parce que l’alternative serait trop coûteuse à tous les niveaux » juge de son côté Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

Pour la première fois, la France et les « pays du sud » peuvent désormais profiter du plein soutien de l’Allemagne qui a les armes pour convaincre ses voisins « satellites », Pays-Bas et Autriche en tête, qui ne veulent pas entendre parler de subventions.

Les discussions vont débuter. Si les 27 se mettent d’accord, le plan pourra voir le jour courant juin.




Retrouvez cet article sur : BFM Business