lundi , 11 janvier 2021
Accueil » Finance » Les banques qui ont écopé des plus grosses amendes dans le monde en 2020

Les banques qui ont écopé des plus grosses amendes dans le monde en 2020


Au lendemain de la crise financière de 2007-2008, les banques ont été pointées du doigt pour leurs comportements irresponsables, leurs montages financiers sophistiqués et inextricables, la spéculation à laquelle leurs traders s’adonnaient. En 2020, les établissements bancaires ont plutôt été perçus comme jouant un rôle positif, pourvoyeurs de crédits aux entreprises en difficulté de trésorerie, face aux confinements et fermetures contraintes par les gouvernements.

La crise sanitaire n’a toutefois pas empêché de lourdes amendes, infligées à de grandes banques aux pratiques parfois peu scrupuleuses. L’an passé, au moins 12,01 milliards d’euros d’amendes ont ainsi été adressées, selon les données compilées par le site Finbold. La banque américaine Goldman Sachs a été sanctionnée à elle seule par plusieurs amendes, dont une de 3,3 milliards d’euros pour avoir fermé les yeux sur le pillage du fonds souverain 1MDB, censé contribuer au développement économique de la Malaisie, par l’ancien Premier ministre du pays condamné à 12 ans de prison, ainsi que ses proches.

Wells Fargo a de son côté écopé d’une amende de 2,53 milliards d’euros pour les millions de faux comptes créés par l’établissement financier pendant de nombreuses années. La troisième banque des Etats-Unis a reconnu avoir falsifié des relevés bancaires entre 2002 et 2016, avoir porté atteinte à la notation de crédit des clients, avoir abusé illégalement de leurs données personnelles et collecté à tort des millions de dollars de frais et d’intérêts.

Blanchiment d’argent dans les pays baltes, en Australie et en Israël

La plus lourde amende infligée à une banque européenne l’an passé revient à Swedbank et s’élève à 360 millions d’euros, selon Finbold. L’établissement suédois a été condamné pour de graves lacunes dans sa gestion du risque de blanchiment d’argent, en lien avec des transactions atteignant plusieurs dizaines de milliards d’euros au total sur des comptes de clients dans les pays baltes.

La banque Westpac a de son côté négocié le paiement d’une amende record en Australie de 770 millions d’euros pour avoir violé la loi sur le blanchiment d’argent et ne pas avoir déclaré correctement plus de 19 millions de transactions, dont certaines potentiellement liées à l’exploitation d’enfants.

Bank Hapoalim, l’une des plus importantes banques israéliennes, a dû quant à elle verser plus de 900 millions de dollars aux Etats-Unis en échange de l’abandon de poursuites dans deux dossiers distincts. Le premier est lié au scandale de corruption à la FIFA, alors que la banque a admis avoir participé au blanchiment de 20 millions de dollars de pots-de-vin versés à des responsables de la plus haute instance du football entre 2010 et 2015.

Le second concerne une affaire d’évasion fiscale : Hapoalim a reconnu avoir aidé des Américains à dissimuler au fisc 7,6 milliards de dollars, cachés sur plus de 5 500 comptes en Suisse et en Israël.

Les banques françaises peu sanctionnées

Les banques françaises n’ont pas fait l’objet de sanctions aussi lourdes en 2020. Elles ont toutefois été épinglées en décembre par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Le régulateur a infligé 2,8 millions d’euros d’amendes au total à six d’entre elles, pour la facturation de frais excessifs lors de paiements par cartes bancaires.

Dans le détail, BNP Paribas doit s’acquitter d’un peu plus de 1,49 million d’euros d’amende, la Banque Postale de près de 1,17 million d’euros, la Banque populaire du Grand Ouest de 74 446 euros, l’organisme Afone Paiement de 58 200 euros, la Caisse régionale Crédit agricole Normandie de 48 276 euros et la Caisse fédérale du Crédit mutuel Maine Anjou Basse-Normandie de 35 600 euros.

Des infractions préjudiciables pour les consommateurs français, qui restent toutefois loin des grands scandales de blanchiment d’argent.

À lire aussi — Les 6 banques françaises qui financent le plus d’activités polluantes, selon Oxfam


Retrouvez cet article sur : Business Insider