lundi , 14 octobre 2019
Accueil » Finance » L’idée de prélever un pourcentage de l’argent dormant sur les comptes en banque fait son chemin en Europe

L’idée de prélever un pourcentage de l’argent dormant sur les comptes en banque fait son chemin en Europe

Les taux bas profitent à tous ceux qui contractent des prêts immobiliers ou renégocient leur crédit auprès de leur banque. Mais ils pourraient aussi avoir un impact négatif sur le portefeuille des particuliers, et plus précisément sur leurs comptes courants. Les banques européennes sont aujourd’hui soumises à un taux négatif de -0,4% pour placer leurs liquidités auprès de la Banque centrale européenne (BCE). Et ce taux pourrait encore être abaissé au prochain trimestre, selon Reuters qui a sondé 70 économistes sur le sujet.

Or, des banques envisagent de répercuter les taux négatifs, qui pèsent sur leurs marges et leur rentabilité, sur les dépôts de leurs clients. Concrètement, il s’agirait de prélever un pourcentage de l’argent dormant sur les comptes courants. La question se pose notamment en Allemagne. Le président de la Bafin, le régulateur financier allemand, a conseillé jeudi 5 septembre au gouvernement du pays de ne pas interdire l’application de taux négatifs sur les dépôts, rapporte L’Agefi. Et Joachim Würmeling, membre du directoire de la Bundesbank en charge de la supervision bancaire, s’était déjà prononcé en ce sens la veille. 

Plus d’une centaine de banques allemandes appliquent déjà des taux négatifs aux dépôts des entreprises. Et 30 d’entre elles le feraient aussi pour les particuliers, sur les dépôts supérieurs à 100 000 euros, selon un sondage du comparateur en ligne Biallo publié fin juillet et relayé par Les Echos. Hors zone euro, d’autres établissements on franchi le pas cet été. C’est le cas d’UBS, qui facturera de 0,6% par an les dépôts dépassant 500 000 euros en Suisse à partir du mois de novembre, suivant l’exemple de ses compatriotes helvètes Pictet et Julius Baer. La banque Credit Suisse compte aussi appliquer un taux négatif de -0,4% sur les dépôts de ses clients supérieurs à 1 million d’euros, à partir du mois de septembre. 

En France, les dépôts des particuliers ne devraient pas être facturés

Au Danemark, la Jyse Bank a annoncé en août qu’elle facturerait les dépôts supérieurs à 7,5 millions de couronnes danoises (975 000 euros). « L’environnement de taux négatifs qui a affecté le marché danois depuis 2012, seulement interrompu en 2014, semble maintenant être permanent par nature », a notamment justifié Anders Dam, le directeur général de la troisième banque du pays, rapporte L’Agefi

En France, répercuter les taux négatifs pratiqués par la BCE sur les comptes courants des clients n’est a priori pas à l’ordre du jour. La tendance est même plutôt à la réduction des frais prélevés face à la concurrence des banques en ligne qui mettent en avant la gratuité de leur offre, pour les cartes de crédit notamment. « On est très loin de mettre en place une facturation des dépôts », a déclaré Frédéric Oudéa, le patron de la Société Générale.

Les banques françaises n’ont jamais rémunéré les dépôts quand les taux étaient positifs, donc commencer à les ponctionner parce que les taux sont devenus négatifs serait certainement très mal perçu par leurs clients. Les usagers pourraient être tentés de récupérer leur argent ou bien de se tourner vers la concurrence. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi :
Les 18-25 ans peuvent à présent miser sur les actions avec le PEA Jeunes, voici les avantages de ce placement




Retrouvez cet article sur : Business Insider