lundi , 27 janvier 2020
Accueil » Finance » l’Union européenne promet d’être « intransigeante » avec le Royaume-Uni

l’Union européenne promet d’être « intransigeante » avec le Royaume-Uni


L’Union européenne sera « intransigeante » avec le Royaume-Uni qui devra « pour accéder au marché unique européen (…) respecter toutes (ses) règles », a déclaré le commissaire européen au Marché intérieur et au Numérique Thierry Breton, dans un entretien aux Echos.

« Nous ne souhaitions pas le Brexit mais nous respectons la décision du peuple britannique », a déclaré M. Breton dans cette interview publiée mardi soir sur le site du quotidien économique.

« En ce qui nous concerne, nous serons intransigeants: pour accéder au marché unique européen, les Britanniques devront respecter toutes nos règles, en particulier les normes environnementales, sociales et sanitaires, ainsi que le contrôle des aides d’Etat », a affirmé le commissaire européen.

Règles de l’OMC

Faute d’accord dans le délai de neuf mois fixé par le Premier ministre britannique Boris Johnson, « ce seront les règles de base de l’OMC qui s’appliqueront à la Grande-Bretagne », soit « un régime très défavorable pour elle qui réalise environ 45% de son commerce avec l’UE », a rappelé M. Breton.

Le commissaire européen a estimé par ailleurs qu’en matière de données numériques, « les cinq ans qui viennent s’annoncent critiques ».

Il a expliqué que sa responsabilité était de « mettre en oeuvre les règles qui permettront à l’Europe de la donnée de se développer et de prospérer ».

Le dossier épineux de la 5G

« L’Europe doit fixer ses propres critères d’exploitation et de stockage de futurs gisements massifs de données », a-t-il poursuivi. M. Breton a souligné que l’Europe avait « les compétences requises et un énorme potentiel » et détient « 55% des brevets liés à la 5G ».

Les Etats-Unis et la Chine « ont de l’avance » pour la génération actuelle de services basés sur les données personnelles, a noté Thierry Breton.

« Concentrons-nous sur la deuxième qui arrive, celle du B to B, et faisons-la avec un principe clair: les Européens doivent être propriétaires de leurs données et celles-ci doivent être traitées en Europe, selon nos règles et nos valeurs », a-t-il déclaré.




Retrouvez cet article sur : BFM Business