samedi , 19 octobre 2019
Accueil » Finance » On a goûté les steaks Beyond Meat, la fausse viande venue des États-Unis

On a goûté les steaks Beyond Meat, la fausse viande venue des États-Unis

Un steak qui aurait l’aspect de la viande, voire même son goût, mais qui ne contiendrait que des plantes. À l’inverse des steaks au soja classiques, essentiellement à base de protéines de soja et loin d’avoir un aspect carné, Beyond Meat tente de s’approcher au plus près d’un steak haché en termes de visuel mais surtout de goût. C’est en tout cas sur cette promesse que se positionne la marque américaine avec son steak végétal qui rencontre un énorme succès aux États-Unis. En 2018, la firme américaine a ainsi réalisé 88 millions d’euros de chiffres d’affaires, en croissance de + 170 %. La moitié de ces résultats étaient portés par leur fameux steak Beyond Burger.

Nous avons donc voulu le goûter pour nous faire notre propre avis. Premier constat, ce n’est pas forcément simple de le trouver. À Paris, par exemple, il faut se rendre dans des épiceries spécialisées comme Aujourd’hui Demain dans le 11ème ou Un monde vegan dans le 3ème. Morgan Tsihlis, responsable de MyBeyond, un des distributeurs qui commercialise le steak américain en France, nous a confirmé que la grande distribution française ne semblait pas encore très intéressée par le produit, contrairement à d’autres pays comme l’Allemagne ou les Pays-Bas. Pour le moment, ce sont plus les restaurateurs qui lèvent le doigt. 

Un aspect bluffant pour un goût étonnant

L’aspect est de prime abord assez bluffant : si on ne fait pas trop attention, on a réellement l’impression de voir un steak haché de viande crue. La couleur rouge tient notamment au jus de betterave présent dans la composition qui reproduit fidèlement le visuel d’ une viande. Les autres aliments principaux qui le composent sont l’eau, les protéines de pois et de l’huile de colza et de coco. Il se tient bien et on le met facilement dans la poêle pour la cuisson. Sur l’emballage, il est indiqué de le faire cuire 3 minutes par côté : on a donc respecté scrupuleusement la consigne.

On a goûté les steaks Beyond Meat, la fausse viande venue des États-Unis

Les steaks sont vendus par deux sous emballage pour un poids total de 227 g. Business Insider France.

Visuellement, le steak Beyond Meat est assez bluffant et ressemble à s’y méprendre à de la viande crue. Business Insider France.

Et le goût alors ? Eh bien c’est assez surprenant et plutôt bon : il y a différentes saveurs, difficilement identifiables certes, mais le résultat global est plutôt gourmand. La mâche reste quand même un peu élastique et moins tendre que de la viande. Cela peut également sembler un peu sec mais quand même beaucoup moins que les galettes au soja traditionnelles présentes en supermarchés. Un gros bémol cependant pour moi : le goût est persistant et tenace, on le garde très, voire trop, longtemps en bouche. Attention aussi au temps de cuisson : nous avons respecté scrupuleusement le temps recommandé de 3 minutes à feu élevé sur chaque face mais le steak était trop cuit avec un goût fumé pas terrible (voir la vidéo en tête d’article). Mieux vaut le laisser moins longtemps… Notre deuxième tentative était effectivement meilleure avec une cuisson beaucoup plus rapide. 

Le faire cuire quelques minutes de chaque côté dans une poêle chaude avec un peu d’huile. Business Insider France.

 

Un peu trop cuit à notre première essai, le steak végétal de Beyond Meat a du goût et reste gourmand. Business Insider France.

22 ingrédients composent le steak végétal Beyond Meat

On s’est donc interrogés sur la composition de ce steak 100 % végétal. Sur l’emballage les mentions « sans soja » et « sans gluten » sont très visibles et il y est également indiqué que chaque steak de 113,5 g contient 20 g de protéines végétales. La galette de Beyond Meat est composée en grande partie d’eau, de protéines de pois et d’huiles (colza, coco). D’autres ingrédients et notamment des conservateurs sont ajoutés en toutes petites quantités (maximum 2 %) pour créer de la texture ou garantir sa conservation. La couleur rouge se rapprochant de la viande est créée avec des extraits de jus de bettrave et de l’annatto (appelé aussi rocou), un colorant alimentaire d’origine végétale. Ce ne sont en tout cas pas moins de 22 ingrédients qui constituent le steak végétal Beyond Meat !

Outre le fait d’être un aliment ultra-transformé, l’un des reproches le plus souvent fait à ces steaks végétaux et qu’ils ne sont pas du tout équilibrés nutritionnellement parce que trop gras ou trop salés. Le taux de matières grasse indiqué sur l’emballage est en effet de 19 % ce qui est assez important. Beyond Meat ne le commercialise cependant pas en tant que produit sain ou light et préfère faire des concessions sur la composition de son produit pour se rapprocher au maximum de l’aspect de la viande.

Dernier point important, le prix de vente de ce produit. Difficile de se procurer des prix publics moyens puisqu’ils sont à date essentiellement distribués en restaurants. Nous les avons en tout cas trouvés dans une épicerie vegan à Puteaux, la Maison Végane, au prix de 10 euros pour 2 steaks, 20 euros les 5 ou encore 38 euros les 10. Cela reste donc un budget puisque même achetés en grande quantité, on est sur un prix minimum de 3,80 € l’unité.

Herta se lance aussi dans la bataille de la fausse viande végétale

Le marché de l’alimentation végétarienne se développe en tout cas à grands pas en France. Selon l’institut Xerfi, cité par LSA, il représentait 380 millions d’euros de chiffre d’affaires en supermarchés en 2018, en progression de + 24 %. Les industriels de l’agroalimentaire ne s’y trompent donc pas. Dernière annonce en date et grande première pour le marché français, Nestlé lance à son tour son steak 100 % végétal via sa marque Herta. Appelé « Le Bon Végétal », ce steak à base de soja et de blé sera commercialisé à partir du 1er octobre au prix de 3,99 € pour 2 unités (226 g). 

L’entreprise américaine Beyond Meat est implantée depuis 2009 à Los Angeles. C’est en 2013 que ses produits ont commencé à être commercialisés sur la marché américain, des « émincés sans poulet » à base de protéines végétales. Pour faire simple et efficace, ils l’appellent à l’époque « Beyond Chicken« , littéralement « au-delà du poulet ». C’est un an plus tard que la firme lance « Beyond Beef« , recette censée imiter au maximum la viande de bœuf. Dès lors, la success story ne se dément pas aux États-Unis, son introduction en bourse en mai dernier lui a notamment permis de lever 241 millions de dollars. Cotée à 25 dollars le jour de son introduction, l’action Beyond Meat s’est envolée pour dépasser les 150 dollars. L’histoire ne fait donc que commencer.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi :
Burger King, Five Guys, McDo… Quels hamburgers végétariens proposent les fast-food ?




Retrouvez cet article sur : Business Insider