lundi , 14 octobre 2019
Accueil » Finance » Uber licencie plus de 400 employés pour la 2e fois cette année

Uber licencie plus de 400 employés pour la 2e fois cette année

Uber licencie plus de 400 employés pour la 2e fois cette année

Dara Khosrowshahi, DG d’Uber, lors de la première journée du Vanity Fair New Establishment Summit 2018, le 9 octobre 2018, à Beverly Hills. Matt Winkelmeyer/Getty Images

Uber a licencié 435 employés de ses équipes de responsables produits et d’ingénieurs ce mardi 10 septembre, dans le cadre de sa deuxième grande série de licenciements cette année. 170 responsables produits et 265 ingénieurs ont quitté l’entreprise, a confirmé un porte-parole d’Uber à Business Insider US. C’est le site américain spécialisé TechCrunch qui a d’abord publié cette information. Dans un communiqué, un représentant d’Uber a déclaré que ces récents licenciements étaient un nouveau pari pour atteindre une certaine efficacité dans une entreprise vieille de plus de dix ans, et rester agile dans un domaine concurrentiel.

« Notre objectif avec ces changements est de redéfinir et d’améliorer notre façon quotidienne de travailler. Notre priorité absolue et notre responsabilité sont de placer la barre haut en matière de performance et de souplesse », a déclaré le porte-parole. « Bien que ce soit douloureux dans l’immédiat, particulièrement pour ceux et celles qui sont directement affectés, nous pensons que cela aura pour conséquence de renforcer notre structure, qui continuera d’embaucher les plus grands talents à travers le monde. »

Les licenciements de mardi font suite à un gel de l’embauche dans certains départements d’Uber aux États-Unis, puisque l’entreprise de VTC cherche à réduire ses coûts et à devenir rentable pour apaiser les investisseurs anxieux. Ce gel de l’embauche a depuis été levé, a confirmé le porte-parole. 

A lire aussi — Les clients d’Uber dépensent plus mais son introduction en Bourse pèse sur les résultats

Selon TechCrunch, la plupart des licenciements ont eu lieu aux États-Unis, et 15% en Asie et en Europe. Le département des ressources humaines de Californie a déclaré à Business Insider US qu’il n’y avait pas d’avis WARN (dispositif de droit américain qui vise à protéger les employés en obligeant les employeurs de 100 salariés ou plus à notifier leur préavis de 60 jours en amont des licenciements massifs) déposé par Uber cette semaine, indiquant potentiellement que de nombreux licenciements ont eu lieu en dehors de l’État, dans d’autres bureaux.

En août dernier, des ingénieurs inquiets avaient déclaré à Business Insider US qu’ils craignaient d’être les prochains. Parmi les autres mesures de réduction des coûts, on peut mentionner l’élimination des ballons que les employés recevaient à l’occasion de leur anniversaire au sein de l’entreprise et la sensibilisation des employés à leurs frais de déplacement.

Malgré les efforts de réduction des coûts, de nouveaux investissements permettront à Uber d’étendre sa présence bien au-delà de ses racines dans la Silicon Valley. L’entreprise a annoncé cette semaine un investissement de 200 millions de dollars dans un nouveau bureau à Chicago pour loger une équipe de fret en pleine expansion, ainsi qu’un nouveau bureau à Dallas pour accueillir les employés des ventes et des ressources humaines.

A lire aussi — Un chauffeur qui travaille pour Uber et pour Lyft aux Etats-Unis filmait des passagers pendant des mois sans leur consentement

L’action d’Uber a augmenté d’environ 3,3 % ce mardi, mais reste inférieure de plus de 20% aux cours initiaux à la suite de l’introduction en Bourse de la société en début d’année.

Voici la déclaration complète d’Uber concernant les licenciements de mardi :

Notre DG a posé à tous les membres de notre équipe de direction une question simple mais importante : si nous repartions de zéro, concevrions-nous nos structures telles qu’elles sont aujourd’hui ? Après mûre réflexion, nos responsables de l’ingénierie et des produits ont conclu que la réponse à cette question était négative à bien des égards. Dans le passé, pour répondre aux exigences d’une startup en hyper croissance, nous avons embauché rapidement et de manière décentralisée.

Bien que cela ait fonctionné pour Uber auparavant, maintenant que nous comptons plus de 27 000 employés à temps plein dans des villes du monde entier, nous devons désormais changer la façon dont nous concevons nos structures : des équipes plus petites, exceptionnellement performantes, avec des exigences claires et une capacité d’exécuter plus rapidement que nos concurrents.

Aujourd’hui, nous opérons certains changements pour nous remettre sur la bonne voie, notamment en réduisant la taille de certaines équipes afin de nous assurer que nous disposons d’un personnel adéquat en fonction de nos importantes priorités. Ce fut un choix incroyablement difficile, car cela signifie que certains de nos employés n’ont plus de rôle à jouer, notamment 170 personnes dans notre groupe de responsables de produits et 265 ingénieurs, ce qui représente environ 8% de ces deux groupes.

Notre objectif avec ces changements est de redéfinir et d’améliorer notre façon quotidienne de travailler. Notre priorité absolue et notre responsabilité sont de placer la barre haut en matière de performance et de souplesse. Bien que ce soit douloureux dans l’immédiat, particulièrement pour ceux et celles qui sont directement affectés, nous pensons que cela aura pour conséquence de renforcer notre structure, qui continuera d’embaucher les plus grands talents à travers le monde.

Version originale : Graham Rapier/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi :
Uber donne le revenu net gagné par ses chauffeurs en France — et on comprend mieux pourquoi on monte de moins en moins dans une voiture haut de gamme

VIDEO: Airbus veut vous faire voyager dans la soute d’un avion dès 2020 — voici à quoi ça pourrait ressembler




Retrouvez cet article sur : Business Insider