jeudi , 24 septembre 2020
Accueil » Finance » Veolia veut racheter Suez pour créer un géant mondial de la gestion de l’eau et des déchets

Veolia veut racheter Suez pour créer un géant mondial de la gestion de l’eau et des déchets


Ce serait une opération de grande envergure. Le géant du traitement de l’eau et des déchets Veolia ambitionne de constituer un « super champion mondial » en intégrant son concurrent Suez. Il a pour cela remis dimanche 30 août à Engie, grand actionnaire de Suez, une offre ferme à 2,9 milliards d’euros, portant sur l’essentiel de sa participation. Selon son communiqué, l’offre concerne 29,9% de Suez, dont Engie détient au total 32%. Si cette transaction aboutit, Veolia a l’intention de déposer par la suite une offre publique d’achat pour le reste des actions. L’acquisition de l’ensemble est estimé à quelque 10 milliards, auxquels s’ajoute la dette de Suez.

« Cette opportunité historique permettra de construire le super champion mondial français de la transformation écologique », a commenté Antoine Frérot, le PDG de Veolia. Suez, qui avait présenté en octobre un plan stratégique visant à détrôner son rival de sa place de numéro un, a pris « acte », dans un communiqué séparé. « La démarche de Veolia n’a pas été sollicitée et n’a fait l’objet d’aucune discussion avec Suez », qui réunira son conseil d’administration « dans les plus brefs délais afin d’étudier l’opération et ses impacts envisagés, sous le prisme de l’intérêt de la société, de ses actionnaires, ses salariés et l’ensemble de ses parties prenantes », a-t-il ajouté.

Pour Engie, tout est ouvert

Engie a pour sa part fait savoir dimanche soir que le groupe allait « étudier la proposition dans les prochaines semaines » et « privilégiera la solution la plus attractive pour ses actionnaires, dans le respect des parties prenantes et après prise en considération de la qualité du projet industriel », selon son communiqué. Le géant de l’énergie avait annoncé en juillet sa volonté de recentrer son activité, en cédant des actifs jugés non stratégiques et des participations minoritaires. « Concernant Suez, je dirais que tout est ouvert », avait déclaré alors le président du conseil d’administration, Jean-Pierre Clamadieu.

Pour le PDG de Veolia, « la déclaration d’Engie crée l’occasion », mais « ce projet a la force de l’évidence » et va dans « le sens de l’histoire ». « Nous créons le groupe pour le monde d’après », a-t-il assuré dimanche dans un échange avec la presse, évoquant « le besoin de solutions pour la transformation écologique » partout dans le monde.

Un secteur encore très émietté

La réunion de Veolia, déjà numéro un mondial du secteur, et Suez, numéro deux, faisait l’objet de spéculations régulières. Les deux groupes affichaient l’an dernier un chiffre d’affaires cumulé de quelque 45 milliards d’euros, dans un domaine de plus en plus concurrentiel à l’international, marqué notamment par la montée en puissance de groupes régionaux. Le secteur reste très émietté, et la nouvelle entité représenterait encore moins de 5% de parts de marché au niveau mondial, souligne Antoine Frérot.

Mais « la concentration a commencé », prévient-il, relevant l’intérêt croissant de fonds d’investissement pour le secteur, ou la montée d’acteurs venus de Chine. « Sur un marché mondial, la taille est capitale pour financer les installations, et aussi financer toutes les solutions encore à imaginer, y compris les innovations de rupture comme la capture du carbone, ou le recyclage de matières pas encore recyclables », a argué le dirigeant, pour qui il faut « rassembler nos forces, plutôt que les disperser ».

Si les deux parties tombent d’accord, la transaction devra cependant obtenir l’aval des autorités de la concurrence. Antoine Frérot évoque des « problèmes de concurrence importants » surtout en France, mais à l’étranger rarement et une « complémentarité forte ».

L’Etat vigilant sur les conséquences pour l’emploi

Veolia indique avoir déjà identifié un acquéreur pour les activités de Suez Eau France, en la personne de Meridiam, entreprise française de gestion d’infrastructures, qui s’est engagée à cette acquisition, pour un montant non divulgué. Selon Antoine Frérot, une réunion des deux groupes n’aurait aucun impact négatif sur l’emploi en France, y compris pour l’eau côté Meridiam.

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, reste toutefois sur ses gardes. « L’Etat sera vigilant aux engagements que prendra Veolia en termes de maintien de l’emploi en France, et de conservation des actifs stratégiques pour la France », a-t-il déclaré lundi 31 août. Suez emploie 30 000 personnes en France et 90 000 au total dans le monde.

« L’Etat, en qualité d’actionnaire de référence d’Engie, étudiera cette offre avec la gouvernance de l’entreprise et arrêtera sa position en fonction des intérêts patrimoniaux d’Engie, de la qualité du projet industriel, du maintien d’une pluralité d’acteurs sur les services aux collectivités locales et de la prise en compte des intérêts de toutes les parties prenantes », a précisé le ministre.

« Ce projet s’inscrit dans une approche amicale, tant nous partageons avec Suez les mêmes métiers, la même culture et les mêmes valeurs », a assuré Antoine Frérot. L’ensemble de l’opération serait financé « par les moyens habituels » selon lui : « nos ressources financières, et nous solliciterions le marché pour une augmentation de capital à définir encore ». Concernant d’éventuels contacts avec Engie, « nous avons juste répondu à cette sollicitation indirecte (exprimée en juillet, ndlr). Nous en sommes là, pas plus, pas moins », a-t-il enfin ajouté.

À lire aussi — Les entreprises françaises n’ont jamais distribué aussi peu d’argent aux actionnaires depuis 10 ans


Retrouvez cet article sur : Business Insider