jeudi , 24 septembre 2020
Accueil » Finance » Xavier Niel critiqué par les agriculteurs pour son soutien au secteur de la ‘fausse viande’

Xavier Niel critiqué par les agriculteurs pour son soutien au secteur de la ‘fausse viande’


Ils dénoncent un véritable mélange des genres. Plusieurs organisations agricoles, emmenées par la FNSEA, pointent du doigt mercredi 23 septembre la présence de Xavier Niel, promoteur d’un référendum sur la cause animale, parmi les investisseurs de la start-up « Les nouveaux fermiers », qui produit des substituts végétaux imitant la viande. Évoquant une « première en France », cette entreprise a indiqué lundi avoir lancé mi-septembre — dans une usine dont le nom n’a pas été dévoilé — une unité produisant quelque six tonnes par jour de « steaks », « nuggets », et « aiguillettes » réalisées respectivement à partir de protéines de blé, pois jaune, et soja.

Surfant sur le succès des substituts végétaux de viande, elle a reçu le soutien de la Banque publique d’investissement (BPI) et a levé trois millions d’euros début 2020 auprès du cofondateur de Sushi Shop, Adrien de Schompré, de Philippe Canter, l’ancien directeur d’Innocent en France et du fonds d’investissement de Xavier Niel. « Comme de nombreux Français, la présence dans ce projet du fonds d’investissement de M. Xavier Niel nous interpelle », écrivent dans un communiqué le principal syndicat agricole FNSEA, les Jeunes agriculteurs ainsi que quatre associations spécialisées d’éleveurs liées à la FNSEA.

À lire aussi — Xavier Niel pousse un coup de gueule pour défendre la 5G

‘Les plus grands promoteurs de la fin de l’élevage sont les premiers promoteurs de la fausse viande’, dénonce les agriculteurs

Les organisations soulignent que le magnat des télécoms défend parallèlement l’idée d’un référendum d’initiative partagée (RIP) sur la cause animale, afin d’obtenir notamment la fin de l’élevage en cage et intensif. « Enfin, les masques tombent. (…) D’un côté, il prône l’arrêt de l’élevage. De l’autre, il se positionne sur un marché nouveau qui serait bien aidé par la fin de l’élevage », affirment-elles en pointant un « mélange des genres terriblement gênant pour notre démocratie ». « Rappelons que les plus grands promoteurs de la fin de l’élevage sont les premiers promoteurs de la fausse viande, ultra-transformée, et dont le taux de profit n’a pas d’équivalent à ce jour », affirment-elles.

Une pétition pour un référendum d’initiative partagée (RIP) a été lancée début juillet par trois grands patrons de la tech, Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon, et une vingtaine d’associations de défense des animaux. Le RIP permet de soumettre une proposition de loi au référendum si elle est reçoit le soutien d’au moins 185 parlementaires et 10% des personnes inscrites sur les listes électorales, soit 4,7 millions.

À lire aussi — La marque Uncle Ben’s, accusée de racisme, change de nom et abandonne son logo


Retrouvez cet article sur : Business Insider