mardi , 16 juillet 2019
Accueil » Sports » France-Islande – Les notes: Ces Bleus ont un carré d’as – Football

France-Islande – Les notes: Ces Bleus ont un carré d’as – Football


Si tout n’a pas été parfait vendredi en Moldavie, l’équipe de France est clairement montée en puissance ce lundi pour surclasser l’Islande dans le cadre des éliminatoires de l’Euro 2020. Paul Pogba, Olivier Giroud, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé ont encore fait des étincelles à cette occasion.

Hugo LLORIS (6): Cette fois, il n’a pas eu à secouer ses filets. Frustré par le but encaissé en Moldavie trois jours plus tôt, Lloris a su garder sa cage inviolée face à des Islandais qui ont tout de même cadré à quatre reprises ce soir. La reprise de Sigurdsson en fin de match, notamment, n’était pas évidente à capter (82e).

Benjamin PAVARD (7): Beaucoup d’application dans son couloir, un abattage remarquable et un réel apport offensif. S’il a fait frémir le stade sur deux reprises dont il a le secret (41e, 58e), Pavard a surtout délivré une passe décisive importante au profit de Giroud. Sur le but du break tricolore (68e).  

Raphaël VARANE (6): Solide sur ses appuis et dans les airs, il a su canaliser les colosses islandais qui à chaque coup de pied arrêté menaçaient dans la surface française. Son aura et sa sérénité sont un plus indéniable pour l’arrière-garde tricolore.

Samuel UMTITI (7): Il n’a pas pu s’empêcher de casser la démarche, à nouveau, en ouvrant la marque dans cette partie qui s’annonçait on ne peut plus fermée. Auteur alors d’une tête décroisée bien sentie sur un centre de Mbappé (12e), Umtiti a montré la voie à suivre offensivement parlant mais n’a pas démérité pour autant sur le plan défensif. Un vrai roc malgré son manque de rythme en club.

Layvin KURZAWA (6): Attendu au tournant ce soir encore, après un match en Moldavie sans anicroche, Kurzawa a parfaitement répondu présent, tant sur ses arrières que dans l’apport offensif. Son entente avec Mbappé notamment s’est souvent révélée payante en première période. Remplacé par Presnel KIMPEMBE (86e).

Paul POGBA (7,5): Encore un match plein et abouti de la part de Pogba, qui sans conteste a les épaules désormais pour assumer les responsabilités d’un patron dans le champ. Par ses transmissions de balle tranchantes, il a contribué à casser les lignes adverses pour faire la différence ce soir, notamment dans le deuxième acte.

N’Golo KANTE (6,5): Plus en vue qu’à Chisinau, il a parfaitement colmaté les brèches quand le jeu l’exigeait, quitte à donner de sa personne au point de faire faute. Précieux dans le travail de l’ombre, il aurait pu peut-être se libérer davantage pour apporter sa pierre à l’édifice offensif. Remplacé par Thomas LEMAR (80e).

Kylian MBAPPE (8): Apparu nerveux et agacé parfois en Moldavie, Mbappé a su ce soir se concentrer sur le jeu et seulement le jeu. Avec une belle réussite à la clef puisque l’intéressé, non content d’avoir trouvé le chemin des filets avec sang-froid (78e), a offert deux buts à ses homologues Umtiti (12e) et Griezmann (84e). Non sans une inspiration géniale – une talonnade – sur cette seconde passe décisive. Cela sans oublier ses nombreuses accélérations qui ont semé la panique dans la défense islandaise.

Antoine GRIEZMANN (8): Véritable chef d’orchestre des Bleus dans la zone d’attaque, il a encore concrétisé la plupart de ses entreprises ce soir, insufflant inlassablement le rythme nécessaire pour déstabiliser le bloc-équipe adverse. Passeur inspiré sur le but de Mbappé (78e), il a été récompensé de son altruisme dans la foulée, lancé par ce dernier pour s’en aller battre le portier islandais d’un subtil ballon piqué de l’extérieur du pied gauche (84e).

Blaise MATUIDI (6): Un peu moins à la fête que ses partenaires – témoin cette tête plongeante à bout portant expédiée hors cadre (43e) – Matuidi n’en a pas moins joué avec cœur et combativité, comme à son habitude. Sa polyvalence lui a permis de couper court à plusieurs tentatives de contres adverses, jusqu’à son repositionnement au poste de relayeur après l’entrée en jeu de Lemar à la place de Kanté (80e).

Olivier GIROUD (7): Toujours aussi pesant sur la défense adverse, il a joué à plein régime ce soir encore son rôle de pivot pour ouvrir des espaces au bénéfice des Griezmann et Mbappé. Bien placé sur ce centre au cordeau de Pavard, il n’a pas eu à forcer son talent pour inscrire son 35e but en sélection (68e). Une réalisation qui lui permet de grimper seul sur la troisième marche du podium des buteurs de l’histoire de l’équipe de France, à six longueurs de Platini, 16 de Henry. Remplacé par Moussa SISSOKO (90e).




Première apparition

A lire aussi: