lundi , 27 mai 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Fumer peut limiter la capacité du corps à combattre le cancer de la peau

Fumer peut limiter la capacité du corps à combattre le cancer de la peau

Outre les bienfaits de l’arrêt du tabac sur la santé en général, des chercheurs britanniques recommandent aux personnes ayant reçu un diagnostic de mélanome de se sevrer le plus rapidement possible. Leur système immunitaire serait en effet moins performant, réduisant ainsi leurs chances de survie.


© iStock

Première cause de mortalité évitable en France, le tabagisme actif est considéré comme responsable de 90 % des cancers du poumon et de 73 000 décès prématurés chaque année. Les maladies cardio-vasculaires, bronchite, diabète de type 2 ou encore l’hypercholestérolémie sont également des pathologies chroniques qui un lien direct ou sont aggravées par le tabagisme. Des chercheurs de l’université de Leeds ont publié une étude démontrant que ce dernier peut avoir un effet secondaire très dangereux, à savoir limiter la capacité du corps à combattre le mélanome. Un cancer de la peau peu fréquent mais grave s’il n’est pas diagnostiqué tôt, principalement causé par l’exposition aux rayons ultraviolets.

Leurs travaux menés sur 700 patients atteints de mélanome et publié dans la revue Cancer Research suggèrent en effet que le tabagisme pourrait altérer la réponse immunitaire contre le mélanome et réduire la survie du patient. Les scientifiques ont constaté que dans l’ensemble, les fumeurs étaient 40% moins susceptibles de survivre à cette maladie que les personnes qui n’avaient jamais fumé depuis une décennie après le diagnostic. Ainsi, sur un sous-groupe de 156 patients présentant le plus grand nombre d’indicateurs génétiques pour les cellules immunitaires, les fumeurs étaient environ quatre fois et demie moins susceptibles de survivre à ce cancer que les personnes qui n’avaient jamais fumé.

Le système immunitaire ne fonctionne pas aussi bien

Etant donné que la réduction de la survie s’est avérée la plus importante pour ce type de fumeurs, les chercheurs pensent que le tabagisme pourrait affecter la façon dont leur corps traite les cellules cancéreuses du mélanome. De précédentes études ont montré que le tabagisme a bel et bien un effet néfaste sur le système immunitaire, sans pour autant expliquer quels produits chimiques pourraient en être la cause. « Le système immunitaire est comme un orchestre composé de plusieurs pièces et le fait de fumer pourrait perturber la façon dont il fonctionne à l’unisson : les musiciens continuer à jouer, mais de manière désorganisée. », explique le Pr Julia Newton-Bishop, auteur principal de l’étude.

Celle-ci ajoute : « les fumeurs pourraient toujours développer une réponse immunitaire pour tenter de détruire le mélanome, mais cela semble avoir été moins efficace que chez les non-fumeurs, et ils étaient aussi moins susceptibles de survivre à leur cancer. Sur la base de ces résultats, l’arrêt du tabac devrait être fortement recommandé aux personnes atteintes d’un mélanome. » Les mélanomes cutanés représentent 10 % des cancers de la peau. Ils peuvent apparaître sur une peau saine (70 à 80 % des cas) ou résulter de la transformation maligne d’un grain de beauté. L’Institut national du cancer (INCa) en a comptabilité 15 404 nouveaux cas en 2017 en France métropolitaine et 1 783 décès.

Il s’agit par ailleurs du cancer pour lequel le nombre de nouveaux cas par an augmente le plus : 10 % par an depuis 50 ans. Le mélanome cutané est de bon pronostic s’il est détecté assez tôt, d’où l’importance du diagnostic précoce. « Le traitement repose alors sur une exérèse chirurgicale. En revanche, un diagnostic tardif réduit considérablement les chances de guérison car ce cancer est à fort potentiel métastasique : il peut s’étendre rapidement aux relais ganglionnaires et à d’autres organes.», souligne l’Inca. L’apparition d’une lésion suspecte, le plus souvent une tache irrégulière, ou la modification d’un grain de beauté jusqu’alors stable doivent inciter à consulter un médecin et/ou un dermatologue.


Première apparition

A lire aussi: