mercredi , 26 juin 2019
Accueil » Actualité » Google annonce Stadia, un service de jeux vidéo en streaming

Google annonce Stadia, un service de jeux vidéo en streaming

JEUX VIDÉO – « Nous avons appris à streamer les jeux vidéo de haute qualité en utilisant la technologie Google. » Sundar Pichai, le PDG du géant américain, a dévoilé le 19 mars lors de la Game Developers Conference de San Francisco l’arrivée de Stadia, une plateforme en ligne permettant de jouer à des jeux vidéos à distance, sur n’importe quel écran.

En clair: pouvoir jouer à un jeu dernier cri sur un smartphone ou un ordinateur peu puissant, à condition qu’il utilise Android. Ou en passant par le navigateur internet Chrome. Il suffit d’une connexion internet. La machine envoie les informations (se déplacer, tirer, etc) à des serveurs distants, qui renvoient simplement une vidéo à afficher pour le joueur.

Google n’a annoncé ni prix, ni date de sortie. Tout juste sait-on que le service devrait d’abord être disponible aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Europe d’ici la fin de l’année.

« Deux milliards de joueurs sont concernés » a expliqué le dirigeant, se référant au nombre de personne disposant autour du globe d’une connexion internet à haut débit. Stavia est en effet une évolution de « Project stream », une initiative menée en 2018 par Google pour diffuser de la manière la plus fluide possible des jeux en streaming. « Imaginez que vous regardiez Assassin’s Creed sur Youtube. Vous cliquez sur un bouton dans la vidéo, et en cinq secondes, vous jouez au jeu. »

Une manette dédiée

La puissance de calcul des centres de gestion des données et des appareils (télévisions, smartphones) s’est accrue fortement, et la technologie du streaming a progressé, fournissant les outils pour que les jeux vidéo les plus populaires puissent s’extirper des consoles et des ordinateurs. « Jouez sur les appareils que vous avez déjà » est l’un des mots d’ordre de Stadia.

Google

La manette de Google Stadia, le futur service de streaming de jeux vidéo

Google a également annoncé la sortie à venir d’une manette dédiée. Assez classique, avec une croix directionnelle et des sticks analogiques, le « pad » se distingue de la concurrence grâce à un bouton permettant… d’appeler Google Assistant, l’aide vocal du moteur de recherche, déjà présent sur les smartphones Android et les enceintes connectées Google Home.

Des concurrents à foison

Google, dont le service de vidéo YouTube dispose d’une plateforme eSports retransmettant des compétitions de jeux vidéo, va ainsi faire son entrée dans un secteur où s’affrontent déjà des mastodontes comme Sony, Microsoft et Nintendo. Les Français de la startup Blade ont eux aussi lancé un service similaire, Shadow, en 2016. Associé à AMD, qui a conçu les serveurs de Stadia, Google espère doubler et prendre une longueur d’avance sur ses concurrents.

Si ce nouvel Eldorado du jeu vidéo est susceptible de grignoter un peu sur les ventes de consoles, il devrait surtout élargir le nombre de joueurs potentiels à toute personne disposant d’une connexion à internet, selon des experts. Ou en tout cas, d’une connexion à très haut débit.

L’industrie du jeu vidéo a généré aux Etats-Unis un record de 43,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2018, soit un bond de 18% sur un an, d’après les données publiées par l’Entertainment Software Association (ESA) et le cabinet NPD.

« Console, PC et mobile ont tous connu une croissance importante, tandis que les parties du marché qui sont en train de se développer, comme les services d’abonnement et de streaming, ont commencé à nous donner une idée des opportunités pour l’avenir », a commenté Mat Piscatella, analyste chez NPD.

À voir également sur le 4Suisse:


Première apparition

A lire aussi: