dimanche , 16 juin 2019
Accueil » Actualité » Israël repousse la diffusion d’une fiction où un candidat français est associé à Daesh

Israël repousse la diffusion d’une fiction où un candidat français est associé à Daesh


Le diffuseur public israélien a annoncé lundi qu’il repoussait la diffusion d’une fiction dans laquelle un candidat français d’un concours de chanson projette de commettre un attentat pour Daesh, après des mises en garde de l’organisateur de l’Eurovision.
    
Douze points, une mini-série en trois épisodes, raconte l’histoire d’un chanteur, homosexuel et d’origine maghrébine, représentant la France dans un concours de chansons et poussé par Daesh à commettre un attentat à Tel-Aviv où se déroule la finale du concours. 

Troublantes ressemblances

La fiction devait être diffusée sur le réseau public israélien Kan en mai, au moment où Tel-Aviv accueillera la finale de l’Eurovision, à laquelle participe notamment le chanteur français Bilal Hassani, homosexuel et d’origine marocaine. Interrogé par 20 Minutes en février dernier, l’acteur Adel Djemai, qui incarne le candidat dans la série explique qu’il ne peut s’agit que d’une coïncidence:

« Quand sa participation à Destination Eurovision a été annoncée début décembre, on était en plein tournage, déclare-t-il, et on a tous été surpris de voir qu’il avait des traits communs avec mon personnage: le fait d’être un chanteur, d’origine maghrébine et ouvertement gay. C’est du pur hasard et j’insiste bien sur le fait que les points communs s’arrêtent là. »

Après que les détails de la série et ses troublantes ressemblances avec la réalité ont été divulgués en février, l’Union européenne de radio-télévision (UER) qui organise l’Eurovision a entamé des « discussions constructives » avec Kan sur le sujet, tout en l’assurant que la série serait bien diffusée. 

« Ramifications sécuritaires »

« Les Français comprennent la comédie », avait alors indiqué une porte-parole de Kan. 

Lundi, Kan a affirmé avoir reçu une lettre de l’UER les prévenant que la diffusion de la série en Israël pourrait avoir des « ramifications sécuritaires, politiques et légales considérables », en plus de constituer une violation des accords entre les deux organisations. 
    
Kan a alors « décidé d’autoriser la diffusion uniquement après l’Eurovision », préférant ne pas « mettre en danger le fait que le concours se déroule en Israël », a indiqué le réseau israélien dans un communiqué de presse, précisant que la série sera bien diffusée. 

Cette édition du concours de l’Eurovision, dont la finale se tient le 18 mai à Tel Aviv, s’annonce déjà très politique, alors que plusieurs pays ont déjà appelé au boycott du concours. 




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: