vendredi , 24 mai 2019
Accueil » Actualité » La Syrie et Israël s’accusent mutuellement de frappes sur leur territoire

La Syrie et Israël s’accusent mutuellement de frappes sur leur territoire


La Syrie et Israël ont chacun affirmé avoir déclenché mardi soir leur système de défense anti-aérien, les deux pays s’accusant mutuellement d’avoir entamé les hostilités.

Trois soldats blessés

La défense anti-aérienne de l’armée syrienne est entrée en action mardi contre des « missiles » tirés par des avions israéliens sur des cibles près de Damas, a rapporté l’agence officielle Sana, citant une source militaire qui fait état de trois soldats blessés.

La télévision d’Etat syrienne a rapporté une information similaire. Par le passé, Israël a mené plusieurs bombardements en Syrie contre les installations militaires du régime ou de ses alliés, l’Iran et le mouvement chiite Hezbollah, de grands ennemis de l’Etat hébreu.

Citant une source militaire, l’agence officielle Sana indique que « la défense anti-aérienne a répondu à des missiles tirés par l’aviation militaire israélienne et a pu intercepter la plupart avant qu’ils ne touchent leurs cibles ».

La même source indique que trois soldats ont été blessés, tandis qu’un « dépôt de munitions » a subi des « dommages ».

« Aucun dommage ou victime »

De son côté, l’armée israélienne indique dans un communiqué qu’un « système de défense aérien a été déclenché contre un missile anti-aérien lancé depuis la Syrie. » Et assure qu' »aucun dommage ou victime n’a été rapporté ».

Le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a confirmé qu’il s’agissait d’un « raid israélien ».

Il a assuré que les trois cibles visées étaient des « entrepôts d’armes (…) appartenant au Hezbollah ou aux forces iraniennes ».

Les cibles se trouvent dans les secteurs de Dimas, Kesswa, ou encore Jamraya, des régions à l’ouest ou au sud-ouest de Damas où des raids israéliens ont été rapportés par le passé.

Retrait américain 

Israël a effectué de nombreuses frappes en Syrie depuis le déclenchement de la guerre en 2011, visant les forces du président Bachar al-Assad mais aussi ses alliés, notamment les forces iraniennes ou des positions du mouvement libanais du Hezbollah.

Fin novembre, le régime syrien avait ainsi accusé Israël d’avoir bombardé des cibles dans la région de Kesswa.

Sana a assuré que « l’agression » de mardi a été menée depuis l’espace aérien du Liban, petit pays voisin de la Syrie et d’Israël.

Si la responsabilité d’Israël était avérée, il s’agirait des premières frappes menées depuis que le président américain Donald Trump a annoncé la semaine dernière le retrait des troupes américaines de Syrie.

Grand perdant

Israël est considéré par les experts comme l’un des grands perdants du désengagement américain, qui laisse encore plus le champs libre à l’Iran et ses partenaires pour développer leurs capacités militaires en Syrie.

L’Etat hébreu, qui avait jusque-là applaudi la politique de l’administration Trump au Moyen-Orient, martèle régulièrement qu’il ne laissera pas la Syrie voisine devenir la tête de pont de Téhéran.

En septembre, un avion militaire de la Russie, alliée de Damas, avait été abattu accidentellement par la défense anti-aérienne syrienne, entrée en action pour bloquer des tirs israéliens.




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: