dimanche , 25 août 2019
Accueil » Actualité » Le « Black Miror: Bandersnatch » de Netflix a sa première bande-annonce

Le « Black Miror: Bandersnatch » de Netflix a sa première bande-annonce

Le "Black Miror: Bandersnatch" de Netflix a sa première bande-annonce

SÉRIE – Le moins qu’on puisse dire, c’est que Netflix maîtrise l’art de faire monter la tension. Alors que les indices s’accumulaient depuis quelques semaines autour de l’épisode tant attendu « Bandersnatch » de la série de science-fiction à succès « Black Mirror », son diffuseur Netflix a, ce matin du jeudi 27 décembre, dévoilé une bande-annonce de l’épisode « Bandersnatch ». Et elle vient confirmer -presque- toutes les rumeurs qui circulaient depuis quelques jours.

Après avoir abreuvé les fans de « Black Mirror » d’indices, la plateforme de streaming a joué une dernière fois avec leurs nerfs en postant ce simple message sur le compte Twitter de la sérié à 9h pile: « Relax ». Bien évidemment, ce mot a fait l’effet inverse de son sens premier, et tous les fans se sont affolés.

« Oh mon Dieu »

« M-mon coeur… » « C’est en train d’arriver, n’est -ce pas? »

« Tous le monde se calme, p***** »

Finalement, ce n’est qu’une heure après que Netflix a soulagé les fans de « Black Mirror » en publiant à 10h un bande-annonce aussi inquiétante qu’excitante:

« Ne le fais pas. »

Un univers 8-bit

« Un jeune développeur adapte un roman de fantasy en jeu vidéo. Bien vite, la réalité et le monde virtuel se mélangent et sèment la confusion ». Le synopsis, qui avait fuité depuis quelques jours via un site de statistiques de médias coréen, semble se confirmer: on retrouve le comédien Fionn Whitehead (« Dunkerque ») dans le rôle du héros, qui travaille dans une entreprise de création de jeux vidéo aux côtés de Will Poulter, sorte de programmeur déluré. Leur boss ambitieux, incarné par Asim Chaudhry, les charge de créer un jeu vidéo inspiré de l’oeuvre littéraire intitulée « Bandersnatch » d’un certain Jerome F. Davies. Et comme les fans le soupçonnaient, cette aventure nous plonge dans une Amérique des années 80, époque qui a connu l’essor de l’industrie des jeux vidéo.

« Je continue d’avoir ces rêves à apparence réelle », dit le héros au début de la bande-annonce. Introverti, le visage cerné et fatigué, le jeune homme prend des pilules rouge et jaune. Malgré tout, il se lance dans l’aventure de création de jeu vidéo avec son équipe de geeks. Mais ces derniers découvrent également que ce « génie » a un sombre passé: il aurait « décapité sa femme ».

« Informatique, pilules et rêve »

Le héros se lance corps et âme dans une documentation poussée de ce fameux livre pour les besoins du projet. À tel point qu’il se ‘libère » de ses pilules en les jetant aux toilettes. Une phrase marque la deuxième partie de la bande-annonce: « Un peu de folie: c’est ce dont tu as besoin ». C’est là que la musique Relax du groupe britannique de New Wave « Frankie Goes To Hollywood » (1984) vient sublimer ces images au grain vintage, et fait basculer cette bande-annonce dans une autre dimension: celle du flou entre fiction et réalité.

Les images défilent plus rapidement, on voit le héros devant son ordinateur faire des découvertes et vivre des révélation intenses que le spectateur ignore. Le point d’orgue de cette succession de plans arrive au moment où l’on voit sa main passer de l’autre côté d’un miroir: tout cet univers, mêlant informatique, pilule, et rêve fait décidément penser au film Matrix (1999), où le héros semble avoir trouvé malgré lui un passage vers un autre monde.

La date de sortie (vendredi 28 décembre 2018) de « Bandersnatch » est confirmée à la fin de la bande-annonce, mais aucun détail concernant l’interactivité de l’épisode n’est dévoilé.

À voir également sur Le Huffpost:




Retrouvez cet article sur : https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/27/le-black-miror-bandersnatch-de-netflix-a-sa-premiere-bande-annonce_a_23627767/

A lire aussi: