mardi , 18 juin 2019
Accueil » Actualité » Le magazine « Vogue » présente ses excuses à la journaliste Noor Tagouri après s’être trompé sur son identité

Le magazine « Vogue » présente ses excuses à la journaliste Noor Tagouri après s’être trompé sur son identité

Le magazine "Vogue" présente ses excuses à la journaliste Noor Tagouri après s

SOCIÉTÉ – Le magazine Vogue a présenté ses excuses à la jeune journaliste américaine de confession musulmane Noor Tagouri, après l’avoir présentée à tort comme étant l’actrice pakistanaise Noor Bukhari dans un dossier paru dans son dernier numéro.

Journaliste, conférencière et activiste d’origine libyenne, la jeune Américaine de 24 ans a exprimé son mécontentement dans une série de publications créant une véritable campagne pour une meilleure représentation des musulmans d’Amérique, au point de pousser le magazine américain du groupe Condé Nast à présenter ses excuses.

Dans une vidéo prise par son mari et publiée sur son compte Twitter jeudi 17 janvier, la jeune femme montre sa déception après avoir découvert l’erreur sur les pages du prestigieux papier glacé. Sur les réseaux sociaux, elle a choisi de partager son ressentiment avec ses 400.000 followers dans une série de tweets où elle dénonce le manque de considération et les amalgames auxquels beaucoup font face.

« Je suis tellement dévastée. J’ai le cœur brisé. Comme si mon cœur me faisait vraiment mal. J’attendais de faire cette annonce depuis des mois. L’un de mes rêves d’apparaître dans le magazine américain @VogueMagazine est devenu réalité!! »

« Nous avons finalement trouvé le numéro à l’aéroport JFK. Je n’avais pas encore vu la photo ni le texte. Adam voulait filmer ma réaction en découvrant ça pour la première fois. Mais, comme vous pouvez le voir dans la vidéo, j’ai été identifiée comme une actrice pakistanaise nommée Noor Bukhari ».

« Je m’appelle Noor Tagouri, je suis journaliste, activiste et conférencière. J’ai été mal représentée et mal identifiée à plusieurs reprises dans les médias, au point de mettre ma vie en danger. Je ne m’attendais JAMAIS à ce que cela soit fait par une publication que je respecte TELLEMENT et que je lis depuis mon enfance ».

Quelques heures plus tard, le magazine américain présente publiquement ses excuses à la jeune femme.

« Dans le numéro de février de Vogue, l’écrivaine et militante Noor Tagouri a été identifiée à tort dans la légende comme étant l’actrice, metteur en scène et mannequin Noor Bukhari. Nous sommes sincèrement désolés pour cette erreur. Nous avons été ravis de pouvoir photographier Tagouri et de mettre en lumière son travail important. L’avoir mal identifiée est une erreur douloureuse », souligne le magazine américain. « Nous comprenons également qu’il existe un problème plus large d’identification erronée dans les médias, en particulier chez les individus ‘non blancs’. Nous essayerons d’être plus attentionnés et plus prudents dans nos travaux et nous nous excusons pour tout l’embarras que cela a pu causer à Tagouri et à Bukhari ».

Étant donné que le numéro de février est déjà imprimé et distribué, le magazine a choisi de publier une correction sur son site Web et sur Instagram.

Première femme voilée à être apparue dans les pages du magazine Playboy, la journaliste affirme que ce n’est pas la première fois qu’elle est victime d’une mauvaise identification par les médias. Selon le site Refinity29, en mai 2017, le magazine Brides, autre publication de Condé Nast, avait publié des photos du mariage de Noor pour ce qu’elle aurait appelé « un article horriblement écrit et trompeur sur les traditions du mariage musulman ».

« Je parle constamment des dangers de fausses déclarations et de l’identification erronée des communautés marginalisées. Puissions-nous enseigner, grandir, construire et apprendre de toutes nos erreurs » conclut la journaliste. « Ce n’est pas toujours facile, mais c’est pourquoi nous continuons à nous battre ».




Retrouvez cet article sur :
https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/19/le-magazine-vogue-presente-ses-excuses-a-la-journaliste-noor-tagouri-apres-setre-trompe-sur-son-identite_a_23646893/

A lire aussi: