vendredi , 23 août 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Le port d’une prothèse auditive peut aider à protéger le cerveau plus tard dans la vie

Le port d’une prothèse auditive peut aider à protéger le cerveau plus tard dans la vie

Des chercheurs britanniques affirment qu’encourager les personnes sujettes à des troubles de l’audition liés au vieillissement à porter un appareil auditif de bonne qualité peut réellement contribuer à réduire le risque de démence.


© iStock

À partir de 50 ans, il est courant d’observer une diminution de la perception des sons aigus : c’est la presbyacousie. Entendre moins bien a des conséquences directes sur la vie sociale et familiale et les personnes concernées peuvent chercher à éviter certaines situations (réunions de familles, sorties…) au risque de s’isoler. Quand aucun traitement médical ou aucune opération chirurgicale ne sont envisageables, un appareil auditif peut améliorer la perception des sons. Il est important de se faire appareiller au plus tôt, pour récupérer la meilleure audition possible, pour prévenir toutes les conséquences sur la vie familiale et sociale et, à plus long terme, sur la prévention de troubles liés à la perte d’audition.

Des chercheurs de l’université d’Exeter rappellent que ce réflexe est essentiel pour la bonne santé du cerveau. Leur étude menée auprès de 25 000 personnes âgées de 50 ans et plus affirme en effet que les personnes qui portent un appareil auditif pour des problèmes d’audition liés au vieillissement conservent une meilleure fonction cérébrale au fil du temps que celles qui ne le font pas. Alors que de nombreuses études ont démontré que la perte auditive constitue bien un facteur de risque important de démence, cette nouvelle recherche publiée à l’occasion de la conférence internationale de l’Alzheimer’s Association à Los Angeles suggère ainsi que le port d’un appareil auditif peut atténuer ce risque.

De meilleures capacités d’attention

« Les résultats fournissent des preuves préliminaires montrant qu’encourager les personnes à porter un appareil auditif efficace peut aider à protéger leur cerveau et à réduire leur risque de démence », affirment les chercheurs. Parmi les participants de l’étude, la moitié était appareillée et l’autre non, et la totalité a passé des tests cognitifs annuels sur une période de deux ans. A la fin de cette période, les chercheurs ont constaté que le groupe des personnes qui portaient des appareils auditifs obtenait de meilleurs résultats que les autres lorsqu’il s’agissait d’évaluer la mémoire de travail et les capacités d’attention. Elles présentaient par exemple des temps de réaction plus rapide, ce qui reflétait une meilleure concentration.

« Des recherches antérieures ont montré que les pertes auditives étaient liées à une perte de fonctionnement cérébral, de la mémoire et à un risque accru de démence. Nos travaux figurent parmi les études les plus vastes sur l’impact du port de prothèses auditives, et suggèrent que leur port pourrait en effet protéger le cerveau. Nous avons désormais besoin de poursuivre nos recherches et de lancer un test clinique pour vérifier cela et peut-être mettre en place de nouvelles politiques de santé pour aider les gens à rester en bonne santé plus tard », ajoutent les chercheurs qui précisent qu’il est possible pour tout à chacun de réduire d’un tiers le risque de démence en agissant dès le milieu de vie.

En France, les données de l’Assurance maladie indiquent que  6 millions de personnes souffrent de difficultés d’audition. Mais la moitié d’entre elles, soit 3 millions de personnes, devrait être appareillée pour bien entendre, alors que seulement 35% de la population concernée l’est actuellement, un taux inférieur à celui observé dans d’autres pays européens. La raison ? Un reste à charge trop important. En février dernier, le gouvernement a annoncé la mise en place la réforme « 100% Santé audiologie » se traduisant par un plafonnement des prix de vente, qui seront progressivement réduits. En 2021, les appareils du panier labellisé « 100 % santé » seront pris en charge à 100 %.

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: