mardi , 19 mars 2019
Accueil » Actualité » les élucubrations racistes du terroriste sur la France

les élucubrations racistes du terroriste sur la France



On ignore encore s’il est le seul tireur responsable des tueries dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, ce vendredi. Sa présence parmi les quatre interpellés est encore incertaine. Mais on sait que le Premier ministre australien, le désignant comme « un terroriste d’extrême droite » et un ressortissant de son pays, a identifié un de ses compatriotes comme assaillant, quelques heures après ces attentats anti-musulmans. L’état-civil de cet Australien, Brenton Tarrant, 28 ans, issu de la frange identitaire la plus violente, a rapidement été identifié avec précision et son compte Twitter suspendu.

Nicolas Hénin, ancien journaliste et aujourd’hui président d’Action résilience, une initiative se concentrant sur les questions de terrorisme, a cependant noté qu’une heure avant l’attaque Brenton Tarrant y avait posté un long manifeste, intitulé Le grand remplacement, dans lequel il vitupère pendant de longues pages pour essayer de justifier l’effroyable. Il est beaucoup question de la France dans ce document et d’un voyage qu’il dit avoir fait dans l’Hexagone. 

D’un cimetière militaire au parking d’un supermarché 

Après avoir évoqué une visite dans « un des ces cimetières créés pour enterrer les soldats français et européens tombés lors de ces guerres qui ont meurtri l’Europe », il en vient à décrire un « dernier choc » qui l’aurait ultimement conduit à envisager de passer à la violence.

Dans un style binaire et directement raciste, il réserve le terme de « Français » aux seuls personnes de couleur blanche, attribuant à toutes les autres celui d' »envahisseurs », prétendant que les premiers sont submergés en nombre par les seconds. Il déclare que des « envahisseurs » sont présent dans toutes les communes de France. Il ajoute qu’il a un jour quitté en furie le parking d’un supermarché de l’est de la France au volant de sa « voiture de location » pour avoir vu selon lui le « double d’envahisseurs » que de « Français » sur les lieux. 

Le second tour de la présidentielle de 2017 comme événement moteur 

Il fait aussi directement référence au paysage politique français. Brenton Tarrant explique ainsi que le second tour de la présidentielle a été un événement moteur pour lui, l’écartant définitivement du débat électoral. 

« Les candidats (du second tour de la présidentielle de 2017) étaient un évident signe des temps: un partisan de la mondialisation, capitaliste, égalitariste, ancien banquier qui n’avait pas d’autre conviction pour son pays que la poursuite du profit face à une nationaliste citoyenne, timorée, incompétente, une figure consensuelle dont l’idée la plus courageuse et pertinente consistait à une possible expulsion des immigrés illégaux », écrit-il. Il enchaîne: « Malgré cette confrontation ridicule, la possibilité d’une victoire par la quasi-nationaliste était au moins, à mes yeux, le signe que peut-être une solution politique pouvait encore être trouvée. »

Il pose alors: « L’internationaliste, pro-mondialisation, anti-blancs et ancien banquier a gagné. Et de loin. La réalité de la situation politique en Europe était soudainement impossible à accepter. Mon désespoir s’est installé. Ma croyance en une solution démocratique s’est évanouie. »

Le Front national, un « parti de baby-boomers timorés »

S’il manifeste donc un réel dédain pour Marine Le Pen, il se montre aussi négatif envers le Front national en général. Dans une séance de questions/réponses, située au début de son pensum, où il se charge des unes et des autres, censée éclairer son parcours, ses motivations et sa personnalité, il rétorque ainsi à une interrogation potentielle qui porterait sur sa nature ou non de soutien du Front national: « Non, c’est un parti de baby-boomers timorés, parfaitement incapables de créer un vrai changement et sans aucun vrai plan viable pour sauver leur nation. »

Sur Twitter, ce vendredi matin, Marine Le Pen a quant à elle publié: « Les attentats terroristes sont les pires actes de lâcheté imaginables. Ils doivent être impitoyablement réprimés où qu’ils se produisent et quelle que soit leur sordide motivation, et toutes les victimes et leurs familles unanimement soutenues et défendues. »




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: