mardi , 18 juin 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Lingettes pour bébé : éviter celles contenant du phénoxyéthanol

Lingettes pour bébé : éviter celles contenant du phénoxyéthanol

Dans un nouvel avis, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé recommande d’éviter les lingettes pour bébé et autres produits destinés aux fesses pour bébé s’ils contiennent du phénoxyéthanol, un conservateur.


© istock

Depuis plusieurs années, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) surveille de près le phénoxyéthanol, conservateur très présent dans les produits cosmétiques, y compris les produits destinés au siège des bébés (0-3 ans).

En 2012, l’Agence recommandait que ce conservateur ne soit plus utilisés pour les produits cosmétiques destinés au siège, et que sa teneur maximale soit fixée à 0,4%. Malheureusement, c’était sans compter sur le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (SCCS), qui a considéré, en octobre 2016, que le phénoxyéthanol était sûr, quelle que soit la catégorie de population, tant que sa concentration n’excédait pas 1%.

L’Ansm a poursuivi ses investigations, à l’aide d’experts en toxicologie, dermatologie ou encore allergologie, et ces derniers ont conclu que “la recommandation de 2012 pour la non-utilisation du phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques destinés au siège [devait] être maintenue”.

Les experts estiment même qu’il serait “souhaitable de l’élargir aux lingettes, qui sont très habituellement utilisées pour nettoyer le siège des jeunes enfants. Dans tous les autres produits cosmétiques destinés aux enfants de 3 ans ou moins, la concentration maximale de phénoxyéthanol pourrait rester à 1%”, précise l’Ansm.

 L’Ansm a donc pris la décision d’imposer aux industriels commercialisant des cosmétiques non rincés contenant du phénoxyéthanol de faire figurer sur l’étiquetage, au plus tard dans un délai de neuf mois, qu’ils ne peuvent pas être utilisés sur les fesses des enfants de 3 ans ou moins.

 Pour les autres produits destinés aux enfants de 3 ans ou moins et destinés à être rincés, la concentration de 1% de phénoxyéthanol reste applicable.

 L’Ansm précise que cette décision est prise “à titre conservatoire”, dans la mesure où des études toxicologiques suggèrent une toxicité du phénoxyéthanol pour la reproduction et le développement à fortes doses chez l’animal.

Bien que l’on n’ait pas encore observés de tels effets chez l’homme, le principe de précaution s’impose. D’autant qu’un bébé est changé d’innombrables fois dans la petite enfance, et que des fesses irritées peuvent potentiellement augmenter la pénétration des produits.

Source : Ansm

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: