lundi , 18 mars 2019
Accueil » Actualité » Meurtre du demi-frère de Kim Jong Un: la suspecte indonésienne libérée

Meurtre du demi-frère de Kim Jong Un: la suspecte indonésienne libérée



C’est un retournement inattendu dans cette affaire aux relents de Guerre froide. Une Indonésienne, accusée d’avoir participé en 2017 à l’assassinat du demi-frère du dirigeant nord-coréen, a été libérée ce lundi par la justice malaisienne. Le parquet a renoncé à poursuivre Siti Aisyah pour meurtre un an et demi après le début de son procès et l’a libérée dans la foulée.

« Siti Aisyah est libre », a déclaré le juge Azmin Ariffin à la Haute cour de Shah Alam, proche de la capitale, après avoir approuvé les réquisitions du parquet demandant que soit abandonnée sa mise en accusation pour meurtre. Le procureur Muhammad Iskandar Ahmad avait requis l’abandon des poursuites contre la jeune femme sans motiver sa demande.

« Je suis heureuse. Je ne savais pas que ça se passerait comme ça. Je ne m’y attendais pas », a réagi Siti Aisyah, la tête recouverte d’un foulard.

Décision inattendue

Cette décision de justice a surpris les observateurs dans la mesure où la Haute cour devait entendre ce lundi le témoignage de la co-accusée de Siti Aisyah, la Vietnamienne Doan Thi Huong. De son côté, l’ambassadeur d’Indonésie en Malaisie, Rusdi Kirana, s’est réjoui de la décision de la Haute cour. « Nous sommes heureux. Nous allons tenter de lui faire prendre l’avion pour l’Indonésie dans la journée ou dès que possible ».

Originaire d’Indonésie, Siti Aisyah était accusée au côté de Doan Thi Huong d’avoir tué Kim Jong Nam en lui jetant au visage un agent neurotoxique, considéré comme une arme de destruction massive, à l’aéroport de la capitale malaisienne Kuala Lumpur en février 2017. Il avait succombé à l’attaque au bout d’une vingtaine de minutes d’agonie. La Corée du Sud a accusé le Nord d’avoir orchestré l’assassinat, ce que Pyongyang a toujours démenti. Kim Jong Nam était un détracteur du régime nord-coréen et vivait en exil.

Les deux femmes âgées d’une vingtaine d’années ont toujours rejeté les accusations pesant contre elles, assurant qu’elles avaient été piégées par des agents nord-coréens et qu’elles pensaient participer à une farce pour un jeu télévisé. Leurs avocats les ont présentées comme des boucs émissaires, arguant que les autorités n’avaient pas réussi à arrêter les véritables meurtriers. Quatre Nord-Coréens, qui avaient été accusés du meurtre au côté des deux femmes, ont réussi à fuir la Malaisie peu après les faits.

« Complot bien préparé »

Le procès s’était ouvert en octobre 2017 et devait reprendre ce lundi après une interruption de plusieurs mois. Au cours de la première partie du procès, le parquet a présenté l’affaire. Des témoins ont décrit comment la victime, un parent qui s’était éloigné du leader nord-coréen, est morte dans de vives souffrances après l’attaque.

En août un juge avait estimé qu’il y avait assez d’éléments pour considérer que les accusées avaient participé « à un complot bien préparé » avec quatre Nord-Coréens et ordonné la poursuite du procès. Une condamnation pour meurtre correspond à une peine de mort obligatoire en Malaisie. Le gouvernement s’est engagé à abolir la peine capitale mais le Parlement ne s’est pas encore prononcé sur le texte.




Retrouvez cet article sur : BFM-TV

A lire aussi: