jeudi , 22 août 2019
Accueil » Actualité » Microsoft Surface Headphones, le casque à réduction de bruit qui veut vous en mettre plein les tympans

Microsoft Surface Headphones, le casque à réduction de bruit qui veut vous en mettre plein les tympans

TECHNO – Sorti de nulle part pour faire du bruit, on connaît la musique. C’est la stratégie que semble avoir adoptée Microsoft pour lancer son casque bluetooth à réduction de bruit. Annoncé en automne dernier, le Microsoft Surface Headphones, disponible depuis ce mois de mars, ne compte pas s’imposer sur le marché des casques audio en silence.

L’éditeur de Windows entre par la fenêtre dans un secteur que se disputaient alors les deux cadors du secteur: Bose et Sony. Mais avec son prix de 380 euros qui s’aligne donc sur la même gamme que les puissants Bose Quiet Comfort 35 II ou le Sony Wh-1000XM3, le Microsoft Surface Headphones est attendu au tournant.

Réduction de bruit, connexion bluetooth, qualité du son, autonomie… Le 4Suisse a pu tester ce premier essai de Microsoft, dont les oreillettes équipées de molettes ont beaucoup intrigué la rédaction.

L’avis de la rédaction

Microsoft Surface Headphones

*Au moment de la publication, le prix était de 360,99 euros.

Les bons choix

  • La simplicité des contrôles très intuitifs
  • Une réduction de bruit efficace et polyvalente
  • La recharge rapide en USB-C
  • La possibilité de le connecter à deux appareils en même temps
  • Une qualité du son correcte mais pas fulgurante

Peut MiHuffaire

  • Une batterie plutôt moyenne
  • Les surfaces tactiles qui manquent de réactivité et parfois trop sensibles
  • Un design trop minimaliste

Comment a-t-on testé ce produit?

Le 4Suisse a pu tester le casque Microsoft Surface Headphones via une utilisation normale et quotidienne pendant une semaine. Sans le comparer aux cadors actuels du secteur comme le Bose Quiet Comfort 35 et Sony WH-1000XM3, nous avons testé les différentes caractéristiques indispensables à un bon casque audio sans-fil.

Parmi les critères observés durant cette semaine de test, la stabilité de la connexion Bluetooth, la facilité d’appairage avec un smartphone (iOS/Android) ou d’un PC (Windows/Mac), la réduction de bruit, l’autonomie, l’ergonomie et les touches de contrôle ont été particulièrement mises à l’épreuve.

Un design minimaliste, très voire trop épuré

La technologie c’est bien joli mais lorsqu’on choisit son casque c’est aussi (et parfois surtout) pour le style. Bien plus plus imposant que les écouteurs sans-fil « true-wireless », le casque fait partie intégrante de votre look, autant qu’il le sublime.

Microsoft a fait surface dans le marché des casques audio bluetooth sans trop faire de bruit et on retrouve cette sobriété dans le design même du Surface Headphones. Disponible en un seul et unique coloris, sa teinte varie du blanchâtre sur les coussinets et les oreillettes au gris clair sur les armatures.

Le 4Suisse

Test du casque sans-fil Microsoft Surface Headphones

Malgré une belle finition mate du plastique, le design du Microsoft Surface Headphones est très léché et épuré certes, mais il reste un peu terne tout de même. Un sacrifice au niveau du style qui semble avoir été investi dans le confort.

Assez ergonomique malgré son poids (290 grammes contre 255 pour le Sony WH-1000XM3 ou 240 pour le Bose QuietComfort 35 II), il ne comprime pas trop vos oreilles comme un casque Marshall et ne tire pas trop sur l’arceau non plus.

Le Microsoft Surface Headphones évite également l’écueil très fréquent des casques qui vous étranglent avec leurs oreillettes lorsque vous le portez autour du cou. Même si on peut regretter que le casque ne soit pas pliable pour être rangé sans trop prendre de place. Mais ces oreillettes justement, aussi confortables qu’elles puissent être, sont très épaisses et vous donnent un air à la Mickey ou Freezer de Dragon Ball.

Des commandes beaucoup plus intuitives que ses concurrents

Là où le Microsoft Surface Headphones marque vraiment des points, c’est au niveau de ses contrôles du volume et de la réduction de bruit voir plus bas pour la réduction). En effet, le casque est équipé sur le bord de chaque oreillette d’une molette que vous pouvez tourner dans les deux sens de l’aiguille d’une montre.

La molette droite contrôle le volume tandis que celle de gauche gère la modulation de l’isolation phonique. Une idée toute bête à laquelle aucun autre constructeur n’avait pensé jusque-là et qui rend l’utilisation beaucoup plus intuitive et agréable. Un vrai plus surtout pour couper le son des inlassables pubs pour Spotify Premium d’un tour de main.

La surface de chaque oreillette est également dotée d’un pavé tactile. Vous pouvez en quelques tapotages changer de chanson, arrêter/reprendre la lecture d’une musique et gérer vos appels. Les commandes tactiles manquent un peu de réactivité, sûrement parce que Microsoft n’a pas voulu trop forcer sur leur sensibilité, afin d’éviter les faux-contacts (qui arrivent malgré tout) en touchant la surface du casque.

Mais le seul véritable et ô combien insupportable hic est le bouton d’allumage. Celui-ci gère également l’appairage en bluetooth mais il est impossible à distinguer au toucher du reste de la surface de l’oreillette. Il est par ailleurs positionné juste à côté du bouton du microphone ce qui tape sérieusement sur les nerfs après plusieurs tentatives d’allumage ratées.

Le 4Suisse

Test du casque sans-fil Microsoft Surface Headphones

Une réduction du bruit facilement paramétrable

Abordons enfin le cœur de ce test avec la réduction de bruit. À l’instar de ses principaux concurrents cités plus haut, le Microsoft Surface Headphones fonctionne avec une réduction de bruit active.

Autrement dit, en plus de l’isolation phonique passive qui joue avec les matériaux et le design (comme celle des casques de chantier par exemple) qui filtre les bruits de son, le casque de Microsoft peut également analyser les sons extérieurs et les « annuler ».

Pour faire simple, chacune des oreillettes du Microsoft Surface Headphones intègre quatre micros. Deux sont destinés à votre voix lorsque vous passez un appel et les deux autres enregistrent les bruits ambiants. Avec cette option désactivée, le casque annule, via son design, 40 décibels. Avec la réduction active, le casque peut « annuler » 30 décibels supplémentaires. Le rêve de tout agoraphobe.

Si vous cherchez un entre-deux, il est possible, via la molette, de choisir entre trois niveaux d’isolation. Mieux, vous pouvez également amplifier les bruits autour de vous, une fonction très utile pour éviter de se faire renverser par une voiture électrique qu’on n’aurait pas entendue arriver.

Enfin, écouter c’est bien mais il faut aussi pouvoir se faire entendre. De ce point de vue, les microphones du Microsoft Surface Headphones n’ont rien de fulgurant, ni mieux ni pire que la concurrence. La voix reste bien audible mais ne vous attendez pas à impressionner à coup de vibrato vos interlocuteurs à l’autre bout du fil.

Le Microsoft Surface Headphones ne passe pas le mur du son

Le casque de Microsoft est doté, pour chaque écouteur, d’une membrane de 40 mm de diamètre (c’est la vibration de cette pièce qui génère le son) capable de produire des sons qui couvrent l’essentiel de la plage de fréquence audible par votre oreille.

Mais le casque pèche au niveau de ses codecs audio. Sans être trop technique, il s’agit du mode de compression pour la transmission de l’audio entre votre casque et un autre appareil en bluetooth. Il en existe plusieurs types qui influent sur la qualité du son et dépendent de la stabilité de la connexion bluetooth.

Ici, le Microsoft Surface Headphones n’intègre que le SBC (Sub Band Codec), le minimum syndical imposé aux fabricants et dont la qualité de transmission du son varie beaucoup en fonction de la connexion bluetooth. Si vous vous éloignez trop de votre smartphone par exemple ou si vous êtes à proximité d’autres appareils bluetooth comme dans le métro, la qualité audio en souffrira.

Mais dans l’ensemble le casque vous permet totalement de vous balader dans votre appartement en laissant votre ordinateur ou votre smartphone posé dans une pièce à l’autre bout du couloir.

Il propose d’ailleurs de bonnes basses et se prête parfaitement à l’écoute de rap/hip-hop ou d’électro, même si les sons sont parfois plats. Il faudra par moments faire péter les basses comme en 2000 à bord de votre Impala 64 pour savourer pleinement votre playlist.

via GIPHY

Un casque bluetooth dont la batterie vous parle

S’agissant de la batterie, Microsoft annonce une autonomie allant jusqu’à 15 heures d’utilisation. C’est bien moins que les 20 heures avancées par Bose et son Quiet Comfort 35 II ou Sony et les 30 heures annoncées pour le WH-1000XM3.

À l’usage, le casque ne semble pas tenir la distance annoncée. Utilisé de manière quotidienne et quasi prolongée, le casque s’éteint après à peine plus de onze heures avec la réduction de bruit au maximum. À moins d’être un mélomane hardcore et d’avoir des tympans en acier trempé, on voit mal l’utilité de lui en demander plus.

D’autant que le casque est doté d’une prise USB-C pour la recharge qui peut se faire tout en continuant à écouter de la musique et permet de recharger près de sept heures de batterie en trente minutes (comptez deux heures pour une recharge complète).

Mais son souffle un peu court n’empêche pas le Microsoft Surface Headphones de vous susurrer à l’oreille le niveau de batterie restant avec sa voix robotique ou de prononcer le nom des appareils connectés dans un franglais tragicomique.

Pas de quoi lui en tenir trop rigueur malgré tout, le casque permettant d’ailleurs de se connecter très facilement à deux appareils en même temps (iOS/Android/Windows/Mac) et ce sans avoir à choisir entre l’un ou l’autre.

Avec son prix de 380 euros environ, le Microsoft Surface Headphones se place directement au niveau de gamme de ses concurrents signés Bose ou Sony. Une attaque frontale sur le marché des casques audio sans-fil qu’il mène plus ou moins bien armé.

Les performances audio sont correctes mais loin d’être fulgurantes. Son design est tout aussi « moyen » même s’il plaira aux adeptes du minimalisme dont le feng shui ne sort pas par les yeux (ou les oreilles).

Son plan d’attaque semble bien de se présenter comme un entre-deux. Moins pointu techniquement que ses rivaux mais bien plus ergonomique et intuitif au niveau des contrôles, le Microsoft Surface Headphones va faire du bruit chez la concurrence.

Pourquoi nous faire confiance?

Les journalistes du Bon Choix font tout leur possible pour vous proposer les meilleurs guides d’achats possibles. Cela implique de vous faire découvrir des tendances, de s’assurer de leur intérêt, de les qualifier, mais aussi de tester et comparer une multitude de produits et de services.

Le 4Suisse essaye au maximum de réaliser des tests poussés, mais il est parfois difficile de se les procurer, sans parler du manque de temps face à la multitude d’objets, matériels et virtuels, disponibles à l’achat. Quand les journalistes ne peuvent pas prendre en main les produits, ils font tout leur possible pour vous proposer un avis le plus éclairé et réfléchi possible pour conseiller votre achat.

Nous comparons ainsi les tests et comparatifs réalisés par nos confrères, analysons les avis laissés en ligne sur de nombreux sites spécialisés et marchands. Nous interrogeons également régulièrement des spécialistes de la question, en nous assurant de leur indépendance vis-à-vis des marques évoquées dans nos tests et comparatifs.

Certains liens de cet article renvoient vers des sites marchands, Le 4Suisse peut recevoir une rémunération si un lecteur achète le produit en ligne. Tous les articles publiés sur Le 4Suisse sont choisis et écrits en totale indépendance. Les experts interrogés sont également indépendants des marques ou produits qu’ils citent. En savoir plus.


Première apparition

A lire aussi: