dimanche , 25 août 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Ne laissons aucune chance au cancer de la peau: un examen préventif peut sauver des vies – Santé

Ne laissons aucune chance au cancer de la peau: un examen préventif peut sauver des vies – Santé

Le cancer de la peau est diagnostiqué chez un nombre croissant de Belges. Malgré cela, le taux de décès demeure inchangé. La raison en est que les petites taches suspectes sont désormais découvertes et éliminées plus tôt. Voilà qui prouve d’ailleurs l’importance des examens préventifs.

Les individus sont également exposés aux rayons du soleil sur leur lieu de travail. Vous devez dès lors y accorder toute l’attention nécessaire en tant qu’employeur.

quatre mois avant de consulter le médecin.

Les chances de guérison sont en outre renforcées si l’on traite immédiatement une tumeur de la peau. Chaque année, un cancer de la peau est diagnostiqué chez près de 39.000 nouveaux patients en Belgique. Un peu plus de 3.000 de ces cas correspondent à un mélanome. Entre 2004 et 2016, le nombre de tumeurs de la peau diagnostiquées comme telles a augmenté de quelque 350% si l’on s’en réfère aux chiffres d’Euromelanome, l’association européenne dédiée à la sensibilisation en matière de cancer de la peau.

Trop/trop peu de soleil

Comment se fait-il que nous soyons confrontés à un cancer de la peau plus fréquemment que par le passé? Nous le devons, pour une bonne part, au fait que nos styles de vie actuels nous confinent davantage à l’intérieur. En fait, nous devrions évoluer à l’extérieur une demi-heure par jour, tout au long de l’année. Les rayons du soleil ont pour effet de susciter la production de la mélanine, pigment cutané qui protège la peau contre les rayonnements UV.

En vacances, nous adoptons un comportement diamétralement opposé, nous sur-exposant aux rayons du soleil. Notre carence en mélanine nous protège alors insuffisamment, les rayons UV pouvant provoquer beaucoup de dégâts. Ils sont notamment la cause de petites taches, de coups de soleil et de cancers de la peau. Le fait de sortir plus souvent tout au long de l’année est le meilleur conseil à donner pour se protéger.

Que pouvez-vous faire en tant qu’employeur?

Au travail, certains de vos collaborateurs sont fréquemment en contact avec la lumière du soleil. S’il semble évident que la progression du cancer de la peau soit surtout l’effet de nos vacances et d’une exposition exagérée au soleil, lorsque cette exposition se produit également au travail, votre rôle, en tant qu’employeur, est de veiller à la santé de vos collaborateurs.

Il s’agit même d’une obligation légale, même si la loi ne précise pas les mesures que doivent prendre les employeurs. Chaque situation est d’ailleurs spécifique. Chez les chauffeurs de camion, par exemple, les études démontrent que le cancer de la peau se manifeste surtout au niveau du bras gauche. L’explication est purement logique: ils passent ce bras, une bonne partie de la journée, par la vitre latérale de leur camion, exposant ainsi significativement cette partie du corps aux rayons UV.

Quelle que soit la situation, vous avez la possibilité de prendre toute une série de mesures préventives. La principale consiste à planifier les tâches. L’intensité des rayons du soleil est à son maximum entre 12 heures et 15 heures. Essayez dès lors de limiter autant que possible le travail au soleil pendant cette période. Vous pouvez pour cela commencer la journée plus tôt le matin. Essayez également de prévoir des zones ombrées, ce qui permet par ailleurs de procurer des températures plus fraîches.

Vos collaborateurs doivent bien évidemment prendre, eux aussi, leurs précautions. Les crèmes solaires n’offrent pas de protection complète mais permettent par contre aux gens de rester plus longtemps dehors. Privilégiez un indice minimal de protection de 30 et renouvelez l’application toutes les deux heures, ou plus en cas de sudation importante.

Le choix des bons vêtements est également utile. De simples T-shirts en coton n’offrent en effet qu’une protection insuffisante à quelqu’un qui doit travailler de longues heures au soleil. Un couvre-chef est également une bonne idée. Cela vous permettra de vous protéger la tête et le cou contre les rayonnements UV.

Examen préventif

La protection est une étape importante mais des examens préventifs demeurent cruciaux. Si un collaborateur ou une collaboratrice s’inquiète en raison d’une tache suspecte, vous devez la référer dès que possible vers son médecin traitant ou un dermatologue. Nombreuses sont les entreprises qui incluent d’ores et déjà le risque de cancer de la peau dans leur politique de prévention et qui prévoient des mesures préventives. Mais il est possible de faire encore mieux.

Lors d’examens préventifs de médecine du travail, Attentia procède à un contrôle général de la peau, en particulier auprès des collaborateurs qui sont souvent exposés au soleil et pour lesquels les conditions de travail constituent dès lors un risque important. Un tel examen approfondi est bien entendu plus difficile pour les employés.

Sur le lieu de travail, vous avez également la possibilité de sensibiliser vos collaborateurs aux dangers du cancer de la peau à l’occasion de la campagne annuelle de prévention sur le cancer de la peau (13 au 17 mai) et d’attirer leur attention sur l’importance d’une élimination précoce de toute tache. Cette année, l’accent sera mis sur l’attitude de déni qui prévaut lors des premiers symptômes. Près de la moitié des patients repoussent une visite chez le médecin de trois à six mois.

Le slogan « Le combat contre le cancer de la peau commence dans votre tête » prend dès lors tout son sens. Faites-vous examiner à temps car réagir rapidement peut sauver des vies. En tant qu’employeur, accordez par ailleurs suffisamment d’attention à cette problématique en menant une politique de prévention pertinente et en incluant le contrôle de la peau dans les examens préventifs.


Première apparition

A lire aussi: