mardi , 16 juillet 2019
Accueil » Actualité » Non, je ne crois pas qu’on porte « trop » les enfants

Non, je ne crois pas qu’on porte « trop » les enfants

Rosa B.

Misha (ma fille aînée, NDLR) a été portée quasiment à chaque sortie jusqu’à ses 18 mois où elle a découvert petit à petit la poussette (c’était le début de ma grossesse et j’étais pas mal nauséeuse), mais elle n’aimait pas ça.

Voilà, ton petit Bébé vient de naître. Tu es encore à la maternité et tu reçois des visites -souvent trop nombreuses à mon goût- de la famille, des amis… Ils regardent ton petit bébé et d’un air nostalgique ils te disent “profites-en, ça passe trop vite”. Cette phrase, je crois qu’on l’a tous entendue au moins une fois!

Ça tombe bien, j’ai prévu de “profiter” de mes enfants mais surtout d’essayer de répondre au mieux à leurs besoins. Alors je m’occupe d’eux. Je les allaite parce que je trouve que c’est ce qu’il y a de plus adapté pour eux, pour répondre à leurs besoins et puis aussi parce que c’est quand même vachement sympa l’allaitement! Je les porte parce que dès tous petits, ils en ressentent le besoin, surtout Manolo (mon fils cadet, NDLR) qui était très demandeur. Pour ne pas me fatiguer (ou plutôt pour ne pas me tuer le dos), j’utilise des porte-bébés physiologiques. En balade ou à la maison lorsqu’ils étaient petits, je les portais en écharpe ou autres porte-bébés.

Et voilà, la phrase arrive souvent très vite, bien plus vite que l’on avait pu se l’imaginer: “Tu le portes trop!!”. Tiens c’est vrai ça, combien de minutes ou d’heures peut-on porter un enfant pour considérer qu’on ne le porte pas trop? À quel âge doit-on arrêter de porter un enfant pour ne pas “trop le porter”?

Et quels sont vraiment les risques de “trop porter”? Parce que lorsque l’on me dit cette phrase, on me dit souvent avec “mais il n’est pas prêt de savoir marcher si tu le portes tout le temps!”, “il ne voudra jamais marcher plus tard”, “il est temps qu’il marche” et puis toutes les petites phrases sympas du style “il ne va vouloir être QUE dans les bras”, “tu en fais un capricieux”.

Je pense que si je le mettais en poussette, ça ne gênerait personne qu’il ne marche pas! Mais non, je préfère le prendre en portage. Les bébés sont contenus et portés 9 mois dans le ventre de leurs mères. Ils sont bercés par les mouvements. Lorsqu’ils naissent, ils ont souvent besoin d’être encore contenus, d’entendre le coeur de leur parent et d’être en contact proximal. En tout cas c’était le cas des miens!

Misha (ma fille aînée, NDLR) a été portée quasiment à chaque sortie jusqu’à ses 18 mois où elle a découvert petit à petit la poussette (c’était le début de ma grossesse et j’étais pas mal nauséeuse), mais elle n’aimait pas ça.

Manolo a été plus porté puisqu’il en avait plus besoin. Ses six premiers mois de vie se sont presque résumés à du portage à la maison et dehors. Il n’était pas bien (pour différentes raisons parfois évoquées ici) et avait besoin d’être contenu et d’être porté. Ça ne l’a pas empêché, une fois qu’il s’est senti mieux, d’être posé et d’évoluer au sol avec beaucoup d’aisance. Cela dit, Manolo reste un petit garçon très demandeur. Mais je sais qu’en essayant de répondre aux mieux à ses besoins, il va pouvoir se construire et se sentir bien dans son corps et prendre confiance en lui.

Et franchement, je trouve les échanges bien plus facile et agréable en portage qu’en poussette. Lorsque Misha est dans la poussette, je n’entends rien de ce qu’elle me dit, du coup on ne peut pas parler (ou c’est laborieux! Sauf quand je la mets face à moi).

Alors quand ton Bébé nait, on te dit d’en profiter à fond que ça passe trop vite mais en fait, très très vite on te conseille d’arrêter de l’allaiter (parce que oui, tu as prévu d’allaiter plus de 2 mois!), de ne pas trop le porter pour ne pas qu’il devienne capricieux et pour qu’il marche, de le laisser pleurer pour qu’il se fasse les poumons (oui, ça se dit encore!) et de ne pas le garder tout le temps avec toi sinon il va s’y habituer, il ne voudra pas te lâcher et tu comprends, c’est important qu’il se socialise…

Notre société donne parfois l’impression qu’il ne faut pas trop s’occuper de ses enfants par risque d’en faire des enfants capricieux et dépendants. Mais un enfant qui se sent écouté, qui a eu/a ses besoins respectés n’est-il pas un enfant bien dans sa peau? Alors je vais continuer de “trop porter” mes enfants puisqu’ils sont encore demandeurs, de les accompagner en essayant de répondre au mieux à leurs besoins, d’être au maximum présente pour eux parce que je trouve que les premières années sont tellement importantes et passent si vite…

Ce billet est également publié sur le blog Tiny la Souris – Portés par la mer.


Première apparition

A lire aussi: