mercredi , 26 juin 2019
Accueil » Actualité » Notre-Dame de Paris : quels travaux étaient en cours à la cathédrale ?

Notre-Dame de Paris : quels travaux étaient en cours à la cathédrale ?

PATRIMOINE – Sur les images de Notre-Dame de Paris détruite par les flammes ce lundi 15 avril, impossible d’ignorer les échafaudages. La cathédrale emblématique de Paris, visitée par treize millions de personnes par an, faisait l’objet d’importants travaux lancés en juillet 2018. Si les causes de l’incendie ne sont pas encore établies, le chantier titanesque en cours interroge.

Ce chantier, prévu pour durer près de 20 ans, avait pour premier objectif de restaurer la flèche de la cathédrale, qui s’est effondrée ce lundi. La couverture en plomb de la toiture devait être refaite comme à l’époque, les sculptures de cuivre devaient être restaurées et la charpente vérifiée. 

Le chantier commençait par la flèche

Entre juillet et novembre, 500.000 tubes d’acier ont été installés pour construire un échafaudage de 500 tonnes à près de 100 mètres de hauteur. Le chantier de la flèche, la plus haute croix de l’édifice avec son coq à 95 mètres du sol, devait durer 4 ans.

Les travaux devaient ensuite se poursuivre avec la restauration du chœur du monument. Ce chantier devait débuter dès 2019, pour une durée de 10 ans. Le programme de restauration comprenait le renforcement des arcs-boutants, des vitraux et des sculptures.

Ces importants travaux avaient également pour objectif de nettoyer l’édifice, noirci par la pollution.

Les statues de la flèche sauvées de justesse

 

Jeudi dernier, une étape clé du chantier a eu lieu: les 16 statues qui ornent le bas de la flèche de Notre-Dame de Paris ont été déposées à l’aide d’une grue de 100 mètres de haut. Elles ont été envoyées à Marsac-sur-l’Isle près de Périgueux dans les ateliers de la Société nouvelle de conservation et restauration archéologique pour y être restaurées. Les douze apôtres et les quatre évangélistes sont arrivés le lendemain à destination et sont donc saufs. 

Ces statues n’avaient pas été déplacées depuis la fin du XIXe siècle et la restauration menée par l’architecte Viollet-le-Duc à partir de 1843.

 

 

 


Première apparition

A lire aussi: