lundi , 19 août 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Pénicilline : il n’y aurait pas autant d’allergiques qu’on le croit

Pénicilline : il n’y aurait pas autant d’allergiques qu’on le croit

Les personnes qui se pensent allergiques à la pénicilline pourraient en réalité ne pas l’être, explique une nouvelle étude scientifique. Une méprise qui les priverait de la possibilité de se soigner avec cet antibiotique très efficace.


© istock

En France comme aux États-Unis, l’allergie à la pénicilline est l’une des allergies médicamenteuses les plus fréquentes. Pourtant, il se pourrait que nombre de personnes pensant être allergiques à cet antibiotiques ne le soient pas.

C’est ce que suggèrent des chercheurs américains, qui ont mené une vaste méta-analyse de 24 études scientifiques. Publié dans le JAMA, ce rapport révèle que 95% des patients suivis se disant allergiques à la pénicilline ont obtenu un test allergique négatif à cet antibiotique, et pourraient donc sans problème être soignés avec ce médicament.

De nombreuses allergies à la pénicilline signalées sont établies pendant l’enfance, alors que c’est de loin l’antibiotique le plus couramment prescrit”, a déclaré Erica Shenoy, auteure principale de l’étude. “Si la pénicilline est prescrite contre ce qui s’avère être un virus au lieu d’une infection bactérienne, l’éruption cutanée qui se développe peut être causée par le virus, mais attribuée à tort  une allergie à la pénicilline, qui est alors annotée dans le dossier médical du patient et jamais remise en cause”, déplore la scientifique.

Résultat : “Cette annotation peut amener des patients à ne pas recevoir de pénicilline ou de médicament apparenté (bêta-lactamines, ndlr) alors qu’il s’agit souvent des meilleures options de traitement ou de prévention d’infections fréquentes. Lorsque des alternatives sont utilisées à la place, cela peut augmenter le risque d’échec du traitement, ou conduire à un risque accru d’infection à la bactérie C.difficile”, alerte la chercheuse.

Les chercheurs, qui rappellent que cette étude ne veut pas dire que l’allergie à la pénicilline n’existe pas, invitent simplement les patients qui pensent y être allergiques à le vérifier, non pas seuls, mais auprès d’un médecin allergologue.

Si de telles allergies sont systématiquement évaluées, les patients n’éviteront pas inutilement les bêta-lactamines qui pourraient être le meilleur traitement pour leur infection, et réduiront l’apparition de résistances aux antibiotiques”, a conclu Kimberly Blumenthal, coauteure de l’étude.

Source : Eurekalert

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: