dimanche , 16 juin 2019
Accueil » Actualité » Pensions de l’Allemagne nazie: la France réclame des explications à Berlin

Pensions de l’Allemagne nazie: la France réclame des explications à Berlin

SECONDE GUERRE MONDIALE – Paris a demandé à Berlin d’expliciter le profil des bénéficiaires en France de pensions versées par l’Allemagne au titre de la guerre de 1939-45 et dont le versement fait polémique. Les députés belges ont voté le 19 février une résolution visant à mettre fin au versement par Berlin de telles pensions, accordées selon eux à des collaborateurs belges du régime nazi.

L’affaire fait depuis grand bruit, 2.000 personnes étant concernées au total dans le monde, dont 54 en France, en vertu d’une loi allemande de 1951 qui permet aux victimes de guerre allemandes de toucher une retraite complémentaire.

« Nous n’avions pas connaissance de cette pension. Sitôt informée, je me suis tournée vers les autorités allemandes pour en savoir plus, sur cette loi, sur ses critères de versement etc. », a relevé la secrétaire d’État auprès de la ministre française des Armées Geneviève Darrieussecq, dans une déclaration écrite à l’AFP.

La secrétaire d’État demande d’éviter tout « raccourci » et toute « polémique »

La loi de 1951 ne concerne « que des victimes de guerre » et exclut des versements à « une personne qui aurait commis un crime de guerre », note-t-elle toutefois. « Et les autorités allemandes nous disent aussi qu’il n’y a pas de cas de collaborateurs volontaires » parmi les bénéficiaires, ajoute-t-elle, en soulignant que « chaque demande est soumise à vérification ». Il reste aussi à établir si les 54 bénéficiaires recensés en France sont des Français ou des étrangers résidant en France, fait valoir la secrétaire d’Etat.

En attendant ces éclaircissements, Geneviève Darrieussecq a mis en garde contre tout « raccourci » et toute « polémique », en appelant à « un peu de retenue ». Elle a aussi promis « toute la transparence » dans les « investigations » en cours.

« Cette loi est appliquée depuis 68 ans. Je crois donc qu’on peut prendre encore quelques jours pour déterminer sereinement avec les autorités allemandes ce qu’il en est: évitons de parler sans savoir », a-t-elle dit.

Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré vouloir faire « interdire » en France le versement d’indemnités « pour services rendus à l’occupant nazi ».


Première apparition

A lire aussi: