mercredi , 22 janvier 2020
Accueil » People & Stars » Anaïs Sanson maman : Crise d’angoisse, larmes… confidences sur son accouchement

Anaïs Sanson maman : Crise d’angoisse, larmes… confidences sur son accouchement


Le 31 décembre 2019, Anaïs Sanson et son mari Carlos ont accueilli leur fille, prénommée Lila. Déjà maman d’une adolescente de 13 ans, née d’une précédente relation, l’ancienne candidate des Princes de l’amour a pris plaisir à se replonger dans les couches, l’allaitement et autres délices de la maternité. Alors que son nouveau-né se reposait, elle a pris le temps de raconter le déroulement de sa césarienne (qui était programmée) afin de répondre aux nombreuses questions qu’elle avait pu recevoir.

Une césarienne programmée

Mardi 7 janvier 2020, Anaïs s’est saisie de son compte Instagram et a expliqué qu’elle avait pris la décision de dormir chez elle la veille de l’opération, plutôt qu’à l’hôpital. Elle s’est donc rendue dans l’établissement vers 8h du matin et n’a pas caché qu’elle était très stressée. « Ma première césarienne pour Shana ne s’était pas très bien passée. J’ai eu un mauvais souvenir de l’anesthésie. On m’avait fait hyper mal, je m’en souviens encore treize ans après. Quand on m’a piquée dans le dos, mes larmes coulaient et j’avais une douleur épouvantable. En plus, quand on a sorti ma fille de mon ventre, elle ne respirait pas à l’air libre. J’étais vraiment stressée que ça se reproduise« , a expliqué la belle brune de 31 ans.

Pour ces raisons, Anaïs aurait préféré éviter la césarienne. Elle n’avait malheureusement pas le choix : « Bassin trop petit, grosse rétention d’eau qui me faisait souffrir, donc je ne pouvais plus marcher. Et j’étais arrivée à terme, avec le col fermé. Donc pas de déclenchement possible. » Une fois arrivée à l’hôpital, on lui a fait une prise de sang, vérifié les urines et installée dans une salle pour un monitoring. Elle s’est ensuite lavée à la bétadine avant qu’on vienne la chercher. « Je n’étais pas du tout prête, hyper stressée et angoissée. On m’a emmenée au bloc et on a emmené Carlos dans le vestiaire pour qu’il puisse s’habiller pour assister à l’accouchement. Pendant ce temps, on m’a fait l’anesthésie. J’étais hyper stressée, j’ai commencé à faire une crise d’angoisse, je pleurais à chaudes larmes, je tremblais. On m’a dit que si on ne laissait pas l’anesthésiste travailler, elle ne pourrait pas m’aider« , a poursuivi l’ancienne candidate de télé-réalité. Grâce au personnel médical, elle a fini par réussir à se calmer. Heureusement, elle n’a rien senti et tout s’est bien passé.

J’ai eu de la chance

Une fois l’anesthésie faite, on l’a allongée, mis le fameux drap pour qu’elle ne voie rien de l’opération et le chirurgien est arrivé. Quand tout était en place, son mari est arrivé à ses côtés et a tout fait pour lui changer les idées. « En 7-8 minutes, le bébé était sorti. (…) Ils l’ont sortie à 10h36. Elle a tout de suite pleuré. On s’est regardé, on était ému. Ils l’ont mise sur moi, je lui ai fait un bisou et elle est partie faire tous ses soins avec Carlos, le temps qu’on me recouse« , a expliqué Anaïs.

Après cela, on l’a emmenée en salle de réveil, le temps que l’anesthésie ne fasse plus effet. Les deux heures les plus longues de sa vie car elle voulait retrouver son bébé. Une fois dans sa chambre, elle a reçu des conseils sur l’allaitement. « J’ai eu de la chance, au bout de deux heures, je me levais déjà. Je n’ai pas eu de douleurs au niveau du ventre. Du coup, je n’ai pas été alitée, je peux m’occuper de ma fille et faire ma vie« , a ajouté Anaïs. La chance est toujours au rendez-vous car hier, elle a reçu la visite d’une sage-femme. Et sa fille a bien pris du poids, de quoi la rassurer !




Retrouvez cet article sur : PurePeople