vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » People & Stars » Grand Corps Malade et Camille Lellouche, « en colère », taclent le gouvernement

Grand Corps Malade et Camille Lellouche, « en colère », taclent le gouvernement


Après les déclarations agacées de M. Pokora, le tacle de Clara Luciani ou la tristesse de Slimane et Vitaa, d’autres artistes se plaignent de ne pas pouvoir retrouver le chemin de la scène en raison de la pandémie de coronavirus et de sa gestion par le gouvernement. C’est le cas du chanteur Grand Corps Malade et de sa complice Camille Lellouche.

Invités de l’émission Clique sur Canal+ le 13 septembre 2020, les deux artistes qui ont cartonné avec le single, Mais je t’aime ont taclé le gouvernement en faisant part de leur incompréhension sur ce qui peut réunir du public ou pas. « On est très très très en colère, et moi, je parle au nom de tous les artistes, je pense qu’on sera d’accord avec moi. C’est vrai qu’on est dans un truc où on a le Puy du Fou qui fait 9000 personnes… Peut-être qu’on va faire un spectacle là-bas, sans masque, mais avec déguisement« , a ainsi lâché Camille Lellouche. La jeune femme de 34 ans – passée par The Voice, Quotidien et qui est devenue une star des réseaux sociaux – faisait référence à la très polémique autorisation obtenue par le parc pour accueillir des milliers de spectateurs quand les chanteurs, eux, ne peuvent pas remplir de trop grandes salles en raison d’une jauge bloquée à 5000 personnes.

Une colère partagée par Grand Corps Malade. « On ne comprend pas bien, c’est une incompréhension, pourquoi dans les avions et TGV, on peut être côte à côte ? On a l’impression qu’il y a une volonté politique de sauver l’industrie aéronautique et de sauver certains secteurs. Du coup, pourquoi on n’essaie pas de sauver le spectacle vivant qui concerne énormément de métiers, il n’y a pas que nous sur scène, y a les techniciens les musiciens…« , a fait remarquer le chanteur de 43 ans.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a récemment annoncé que 2 milliards d’euros du plan de relance de l’économie seraient consacrés à l’industrie culturelle. De quoi calmer le jeu ?


Retrouvez cet article sur : PurePeople