vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » People & Stars » Kheiron se confie sur les conséquences néfastes de l’affaire CopyComic sur sa carrière

Kheiron se confie sur les conséquences néfastes de l’affaire CopyComic sur sa carrière


En 2019, Sandra Sisley accusait Kheiron d’être derrière le compte Youtube CopyComic, qui dénonce le plagiat de certains humoristes français. Un an plus tard, le réalisateur de « Brutus vs César » assure que cette affaire a eu un impact négatif sur sa carrière, et l’a privée de plusieurs opportunités…

Kheiron au cœur d’une polémique

En mars dernier, Kheiron provoquait des réactions de colère sur les réseaux sociaux. La raison de la discorde ? La blague suivante, en référence aux camps de concentration, que l’humoriste avait repérée et partagée :

J’ai eu un rencard avec une juive, elle m’a demandé mon numéro. Je lui ai dit que nous on a des noms.

Face à l’indignation provoquée par sa publication, Kheiron avait maintenu que cette blague l’avait fait rire et n’avait pas présenté ses excuses. Dans la foulée, son agent renonçait à collaborer avec lui. Interrogé par Voici alors qu’il est en pleine promotion de la comédie Brutus vs César, disponible sur Amazon Prime Video, le comédien est revenu sur cette polémique. Dans les colonnes de l’hebdomadaire, l’acteur et réalisateur de 37 ans a d’abord pris le temps de clarifier ses intentions en tant qu’humoriste :

Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui se sont enflammés mais quelques personnes qui veulent me faire passer pour ce que je ne suis pas. Je n’ai aucune volonté de blesser les gens quand je fais une vanne. Jamais ! Surtout que là, ce n’est même pas ma vanne.

La cible de personnes mal intentionnées ?

Kheiron est convaincu que le déferlement de commentaires injurieux qu’il a subi a un lien avec l’affaire autour du Youtubeur CopyComic. Accusé à tort d’être le vidéaste dénonçant le plagiat de certains humoristes français, le réalisateur maintient aujourd’hui qu’il n’est pas derrière ce compte. Ce dernier avait notamment pointé du doigt les ressemblances entre des sketchs de Gad Elmaleh ou Tomer Sisley avec ceux de comiques américains. Mais certaines personnes ne sont apparemment pas convaincues par son démenti, comme il l’a déploré auprès de Voici :

J’ai démenti, mais il y a des gens qui me soupçonnent encore d’être CopyComic. Je n’ai rien à cacher. Si j’étais CopyComic, j’assumerais.

Kheiron reste persuadé qu’il est la cible d’individus mal intentionnés évoluant dans le show-business. L’affaire CopyComic a d’ailleurs eu des conséquences négatives sur sa carrière. L’acteur estime en effet avoir été privé de certains projets. Il a ajouté à ce sujet :

Ce sont des gens qui veulent me faire payer. Et je vais te dire un truc que je n’ai pas dit à l’époque : quand j’ai perdu mon agent, je devais jouer le premier rôle dans un film et réaliser une pub pour des téléphones. Le lendemain, tout était annulé. Donc je ne peux même pas te dire ce qui se trame dans les coulisses du showbiz, mais je sais qu’il y a des gens qui m’en veulent vraiment.

Le soutien de l’humoriste à CopyComic

Malgré ces opportunités manquées, Kheiron reste convaincu que le travail du vidéaste est nécessaire. L’humoriste en a d’ailleurs profité pour réitérer son soutien à celui qu’il considère comme un « héros ». Il a ensuite conclu en déplorant le fait que certaines personnes l’aient accusé au lieu d’assumer leurs responsabilités et leurs erreurs :

Dans ce milieu, il y a deux écoles : ceux qui mettent leurs principes avant leurs intérêts, c’est mon cas. Et ceux qui mettent leurs intérêts avant leurs principes. (…) Quand ça touche quelqu’un dont ils ont besoin ou peur, ils vont retourner leur veste. Ces gens-là préfèrent m’attaquer sur CopyComic plutôt que de se remettre en question. Mais mes parents ont résisté face à deux dictatures, je ne vais pas m’écraser devant quelques lâches.




Première apparition sur : Potins