vendredi , 18 septembre 2020
Accueil » People & Stars » Laurence Boccolini : sa rencontre torride avec Elton John

Laurence Boccolini : sa rencontre torride avec Elton John

Avant de devenir l’animatrice que l’on connaît, Laurence Boccolini a démarré sa carrière sur RTL. D’abord standardiste, puis assistante sur l’émission « Les Grosses Têtes », c’est grâce à une rencontre que Laurence Boccolini a fait ses débuts en tant qu’animatrice.

Invitée ce vendredi 4 septembre dans « C à vous » sur France 5, celle qui a pris les commandes de « Mot de passe » (France 2) raconte : « J’étais passionnée de radio, je ne regardais pas beaucoup la télé, je ne voulais pas faire de la télé, je voulais faire que de la radio. Donc j’écoutais Jean-Bernard Hebey qui faisait Poste restante le dimanche après-midi (…) C’était mon truc, et donc, il faisait Poste restante et donc, je ne sais pas pourquoi j’étais fan d’Elton John à l’époque, faut pas me demander pourquoi… Et il y avait un concours ! Maintenant, j’ai du recul, mais j’étais archi fan ! ».

« Elton John m’a embrassé sur la bouche »

Laurence Boccolini n’avait que 16 ans à l’époque. Elle décide de participer à « un concours qui était de poser une question sur une carte postale ». « J’ai envoyé 57 cartes postales, 57 questions, et Jean-Bernard Hebey a appelé ma maman en disant : ‘Bah voilà, est-ce qu’elle pourrait venir ? Parce qu’on a 57 bonnes questions.’ Donc une interview. Ils m’ont reçu à RTL, et moi, j’étais dans la salle et j’ai fait les cinq heures d’émission avec lui, à côté », se souvient la maman de Willow. Cette rencontre avec son idole est un souvenir que Laurence Boccolini ne pourra jamais oublier. Et pour cause, le chanteur lui avait offert… un baiser ! « Il m’a embrassé sur la bouche », assure Laurence Boccolini.

Un souvenir qu’elle avait déjà évoqué sur son compte Instagram le 25 octobre 2019 à l’occasion de la sortie de l’autobiographie d’Elton John. « La seule chose qui m’intéresse est d’approcher mon idole. Un dimanche d’hiver, affublée d’un blouson, de deux chemises d’homme superposées, petites lunettes à la Lennon sur le nez, je débarque avec cinq heures d’avance rue Bayard à RTL, un nounours en peluche bleu dans les bras. Il va enfin savoir que, parmi toutes les fans, c’est moi qui le connais le mieux, et qui l’aime le plus ! Aujourd’hui, je réalise que j’étais le stéréotype même de tout ce qui m’insupporte. Une vraie bécasse », confiait-elle.

Par Matilde A.


Retrouvez cet article sur : Non Stop People