mercredi , 16 décembre 2020
Accueil » People & Stars » Les adolescents rusent pour flirter face au Covid

Les adolescents rusent pour flirter face au Covid


Fini les grosses fêtes privées ou les soirées en boîtes de nuit. Pour les adolescents, ça limite les moments de flirt. Une période jugée «un peu difficile» pour Alice, 18 ans. «On ne peut pas voir tout le monde parce qu’on ne sort pas beaucoup après les cours». Et flirter à l’école n’est pas si simple non plus, selon Déborah, 17 ans: «Il faut garder les distances et on évite au maximum les gens».

Pour faciliter la tâche, les adolescents se tournent vers les réseaux sociaux, un moyen «plus simple et plus sécurisé» selon Alice. C’est d’ailleurs là que se font les premiers pas. «Avec la pandémie, on est plus ouverts à la discussion», explique Joel, un peu gêné par le sujet.

«Si la fille est négative, alors on peut se voir»

Pour attirer le regard, Déborah avoue essayer de poster «le plus de photos possible» et de montrer ce qu’elle fait. Et s’il y a bien un point positif avec les réseaux sociaux, ce sont les photos. Parfois je rencontre les gens sur Instagram grâce à ça» confie Alexandra, pour qui la photo est un premier critère avant de lancer une discussion sur Snapchat.

Même si le physique ne compte pas, il joue beaucoup sur la première impression pour ces lycéens. Et avec le masque, pas facile de deviner ce qui se cache en dessous. En témoigne Inès du lycée Mathias Adam, à Pétange. «Ça m’arrive tout le temps de rencontrer des personnes, qui à première vue sont belles, et une fois le masque retiré ne me plaisent plus» dit-elle en rigolant. Pour éviter le problème, certains rusent. C’est le cas de William 16 ans dont le sujet fait beaucoup rire: «Je drague sur Zoom, c’est plus pratique pour se voir et se parler». Certains mettent la barre encore plus haut, comme Tiago, en demandant un test Covid. «Si la fille est négative, alors on peut sortir pour se voir. C’est le nouveau critère».

(L’essentiel/ Noémie Koppe)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires


Retrouvez cet article sur sa : Première Apparition