lundi , 28 septembre 2020
Accueil » People & Stars » Marina Foïs et Jonathan Cohen (Enorme) : leur nouveau film vivement critiqué dans Quotidien

Marina Foïs et Jonathan Cohen (Enorme) : leur nouveau film vivement critiqué dans Quotidien

Ce mercredi 2 septembre 2020 sort en salles le film « Enorme » de la réalisatrice Sophie Letourneur. Ce film conte l’histoire d’un couple qui mène une vie paisible et sans enfants. Quand un jour, le mari ressent l’envie d’avoir un bébé, il n’hésite pas à trafiquer la pilule contraceptive de sa femme Claire… qui tombe enceinte et grossit à vue d’oeil. 

Ce mardi 1er septembre, les deux acteurs principaux à savoir Marina Foïs et Jonathan Cohen étaient présents sur le plateau de l’émission « Quotidien » sur TMC, pour assurer la promotion du film. Très souriants au départ face à Yann Barthès, leur passage s’est rapidement transformé en cauchemar, et ce à cause d’une vive critique du long-métrage. Les deux acteurs ont en effet perdu le sourire en entendant la chronique de Maïa Mazaurette, une nouvelle chroniqueuse de l’émission. « Marina, Jonathan, franchement, je ne vous remercie pas. En fait, vous avez failli briser mon couple avec votre histoire de grossesse imposée » a lancé la nouvelle recrue de Yann Barthès avant de continuer : « Est-ce une comédie, un drame, un film d’horreur ? ».

Maïa Mazaurette signe une critique pointue du film « Enorme »

Dans sa chronique, Maïa Mazaurette n’a pas manqué de souligner les aspects « tordus » de cette fiction : « On a un personnage sympathique qui commet une action horrible pour des raisons touchantes. La fin justifie-t-elle les moyens ? Côté face, on est contents de voir le désir d’enfant au masculin représenté au cinéma, c’est pas fréquent. Côté pile ce désir se transforme en transgression physique monumentale. Le personnage prémédite une grossesse forcée, un évènement pas banal dans la vie d’une femme et qui peut potentiellement tuer une femme, et persiste et signe puisqu’il fait en sorte que cette grossesse se prolonge…. ».

Les deux acteurs se sont ensuite décomposés face à la caméra quand la chroniqueuse a été beaucoup plus loin dans ses propos : « Il n’y a pas de qualification pénale pour la fécondation forcée mais il y a entrave à l’IVG [interruption volontaire de grossesse, ndlr] donc deux ans d’emprisonnement et trente mille euros d’amende, quand même » a-t-elle déclaré. « En vrai, ça se terminerait probablement à un procès civil avec des dommages et intérêts pour le personnage de Jonathan. Sans parler du stealthing, comprendre le retrait du préservatif pendant et avant les rapports sexuels sans le dire à son partenaire ». Et de conclure : « Le film nous a forcés [elle et son compagnon, ndlr] à clarifier nos positions éthiques. Peut-on être une bonne personne et commettre l’irréparable quand on traite son épouse comme ça ? Est-ce que c’est encore une histoire d’amour ? « .

Par E.S.


Retrouvez cet article sur : Non Stop People