vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » People & Stars » Mathieu Kassovitz : Il déconseille à sa fille Carmen de passer le bac

Mathieu Kassovitz : Il déconseille à sa fille Carmen de passer le bac


Au cinéma, dans la musique, la mode ou le sport, il n’est pas rare que les enfants de stars marchent sur les traces de leurs parents. C’est le cas pour Carmen, la fille de 18 ans de Mathieu Kassovitz. Le réalisateur l’encourage à poursuivre sa voie, et lui a même déconseillé de passer le bac.

C’est au Parisien, dans l’édition du mardi 4 août 2020, que Mathieu Kassovitz fait cette étonnante révélation. Interrogé sur le début de carrière de sa fille Carmen (née de sa relation avec l’actrice Julie Mauduech), le réalisateur confirme qu’il lui a déconseillé de se présenter au baccalauréat. « Elle est chanteuse, actrice, elle danse… et ça fonctionne. Elle fait des castings, les gens l’aiment bien. Moi, je ne trouve pas ça intéressant le bac si tu veux être acteur. Mais elle va quand même le passer par correspondance !« , précise-t-il.

En 2019, Carmen Kassovitz a tourné dans L’Été nucléaire de Gaël Lépingle et dans Camera Obscura de Marie-Noëlle Dana et Sonia Sieff. La jeune femme se met en scène dans la web-série STALK, sur France.tv/Slash.

Avec Le Parisien, Mathieu Kassovitz a surtout discuté racisme. « La France est métissée : les racistes ont perdu leur combat, leur discours est obsolète« , titre le quotidien en citant l’interviewé, de retour en salles avec le film La Haine, initialement sorti le 31 mai 1995.

Vingt-cinq ans plus tard, le réalisateur déplore le changement inexistant dans le rapport de la France au racisme et à son traitement des banlieues. Il mentionne notamment Assa Traoré, leader du comité Vérité Pour Adama (créé en hommage à son frère Adama Traoré, mort en 2016 lors d’une interpellation qui a très mal tourné) et figure de la lutte contre le racisme et les violences policières en France : « Je soutiens le comité à 100 %. D’ailleurs, il y aurait un film à faire sur l’histoire d’Assa Traoré, la soeur d’Adama, son combat, la violence étatique autour de cette histoire, le manque d’éthique et de respect pour des gens qui souffrent… C’est ça qui n’a pas changé depuis vingt-cinq ans… C’est très facile de dire qu’Adama Traoré était un voyou qui n’a eu que ce qu’il méritait. Mais si tu connais sa famille, sa soeur, son histoire, tu ne vas pas supporter qu’il se fasse tuer comme ça.« 


Retrouvez cet article sur : PurePeople