dimanche , 13 décembre 2020
Accueil » People & Stars » Une marque fait dépasser la ficelle d’un tampon

Une marque fait dépasser la ficelle d’un tampon

Normaliser les règles. C’est le but de la nouvelle campagne de DAME., une marque de protections hygiéniques britannique. Il y a une semaine, le label a lancé une campagne publicitaire originale: une photo montrant la ficelle d’un tampon qui dépasse d’une culotte sur 200 bus circulant dans les rues de Londres.


Le Planning familial a lancé une campagne intitulée «Sang vous» pour lutter contre la précarité menstruelle et récolter des serviettes hygiéniques et des tampons pour les plus démunies.

Pour cela, il suffit d’envoyer vos dons par voie postale ou de déposer directement dans une des urnes (Covid safety) vos dons au:
Planning Familial «sang vous»,
6, rue de la Fonderie, L-1531 Luxembourg
ou 2-4, rue Ernie Reitz, L- 4151 Esch-sur-Alzette
ou 18, avenue J.F. Kennedy, L-9053 Ettelbrück.




Sur son blog, la marque explique que, selon un sondage YouGov de 2018 commandé par l’association caritative internationale ActionAid, plus d’une femme sur trois (37%) au Royaume-Uni a été stigmatisée par rapport à ses règles.

«Les règles ont une fonction corporelle normale et naturelle pour les filles et les femmes, explique DAME. sur son site. Elles ne sont pas sales (…) il n’y a aucune raison de les stigmatiser. C’est juste du sang, normal et naturel. Recueilli dans une serviette, un tampon ou une coupe».

La photo affichée sur les bus est un autoportrait de Demi Colleen, blogueuse beauté et étudiante en droit. La marque précise qu’il ne s’agit pas d’une mise en scène réalisée par DAME., mais un cliché pris et stylisé par la jeune femme: «Son corps, son choix».

Le chemin jusqu’aux rues de Londres a été jalonné d’embûches pour DAME. L’enseigne explique avoir reçu des commentaires comme «C’est osé» ou «Nous pourrions avoir des problèmes en diffusant cela». Rien d’étonnant, selon le label: «Ce n’est pas un hasard si l’industrie des médias est dominée par des hommes qui sont mal à l’aise quand on parle des règles».

La marque spécialisée dans les protections écolo invite aussi le public à diffuser des images des bus londoniens sur les réseaux sociaux. «Nous voici en train de normaliser la menstruation en la faisant sortir de l’ombre du XXe siècle».

(L’essentiel/Margaux Habert)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires




Retrouvez cet article sur sa : Première Apparition