dimanche , 19 janvier 2020
Accueil » People & Stars » Vanessa Springora en deuil : Elle annule sa venue dans « La Grande Librairie »

Vanessa Springora en deuil : Elle annule sa venue dans « La Grande Librairie »


Vanessa Springora a dû annuler sa participation à La Grande Librairie, l’émission littéraire de référence présentée par François Busnel et diffusée sur France 5, le mercredi 8 janvier 2020.

Selon Le Parisien, l’autrice du Consentement n’a pu être présente sur le plateau à la suite du décès de son père. Ce livre sensation publié chez Grasset évoque l’emprise de l’écrivain Gabriel Matzneff sur elle, entre ses 13 et ses 15 ans, dans les années 1980. Dans cet ouvrage, Vanessa Springora relate également ses relations violentes avec son père, physiques comme psychologiques. La directrice des éditions Julliard et son père avaient coupé les ponts depuis plusieurs années. Une enquête a été ouverte pour viols sur mineurs et diverses maisons d’édition commencent à annuler la publication des livres de Matzneff.

L’auteure devait d’abord intervenir seule avant de débattre avec trois autres invités : Jean-Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, Marie-Rose Moro, chef de service de la Maison de Solène, et de Pierre Verdrager, sociologue.

C’est François Busnel lui-même qui a expliqué les raisons de cette annulation sur le compte Twitter de la Grande Librairie. « Une terrible et triste nouvelle de dernière minute. (…) Nous venons d’apprendre il y a quelques instants la mort du père de Vanessa Springora. Il n’est donc évidemment pas possible qu’elle soit en direct ce soir sur ce plateau. Nous comprenons très bien et il nous faut annuler et/ou je l’espère reporter l’émission initialement prévue. » Il en a profité pour « faire une mise au point ». « J’ai reçu Gabriel Matzneff une fois, il y a cinq ans. Ce n’était pas pour un de ses livres autobiographiques célébrant ses amours pédophiles, mais pour une fiction, un roman qui parlait de la Deuxième Guerre mondiale et des secrets de famille », a-t-il rappelé. « Même si une fois en douze ans, c’est peu, même s’il faut rappeler qu’une invitation n’est pas toujours synonyme de caution, qu’un plateau de télé n’est jamais un tribunal et que cette émission orchestre des débats, je reconnais que cette invitation n’avait pas lieu d’être. Car Gabriel Matzneff, tout écrivain qu’il soit, et tout bon écrivain qu’il soit, a admis avoir commis des actes délictuels. »

Tiré à 20 000 exemplaires, Le Consentement a été réimprimé à 45 000 exemplaires. C’est Daniel Pennac qui a remplacé Vanessa Springora pour son roman La Loi du rêveur, publié chez Gallimard. Finalement, l’émission enregistrée le mercredi après-midi a été diffusée le soir-même.




Retrouvez cet article sur : PurePeople